Publicité

Meurtre de Caroline Marcel: Nathalie Turquey, la juge des cold cases qui ne lâche rien

Une magistrate discrète mais déterminée. La juge d'instruction Nathalie Turquey, à la tête du pôle "cold cases" du parquet de Nanterre chargé des affaires non élucidées, a relancé l'enquête sur le meurtre de la joggeuse Caroline Marcel dans le Loiret en 2008.

Quinze ans après les faits, un homme de 34 ans a été interpellé jeudi 18 janvier et placé en garde en vue. Selon les informations de BFMTV, il a été confondu par son ADN retrouvé sur les lieux du crime après que Nathalie Turquey a demandé le réexamen des scellés, dont du matériel génétique.

La méthode de la juge, louée dans la profession, avait déjà permis de démasquer François Vérove, alias "Le Grêlé", un violeur et tueur en série qui avait échappé aux enquêteurs pendant plus de 30 ans. En convoquant pour prélèvement tous les anciens gendarmes ayant vécu à Paris intra-muros au moment des faits, Nathalie Turquey avait mis la main sur le suspect, qui s'est suicidé.

"Une magistrate aussi discrète qu'efficace"

Professionnelle discrète, fuyant les caméras, Nathalie Turquey a pourtant été chargée d'affaires ultra-médiatiques. En 2003, c'est par exemple elle qui se rend à Vilnius, en Lituanie, pour mettre en examen le chanteur Bertrand Cantat, condamné pour le meurtre de sa compagne Marie Trintignant. C'est à cette occasion qu'a été prise l'une des rares photos publiques de la juge.

Jean-Michel Hayat, ancien premier président de la Cour d'appel de Paris, a salué ce vendredi sur BFMTV "une magistrate aussi discrète qu'efficace, intuitive, capable de tout rechercher".

"Elle sait que la vérité est dans les scellés, les pièces à conviction", souligne l'ancien juge, en évoquant le talent de Nathalie Turquey pour "faire parler" les preuves retrouvées sur une scène de crime.

Mettant à profit les progrès technologiques de la police scientifique, "elle passe tout au crible", insiste Jean-Michel Hayat.

Le pôle cold case de Nanterre, créé en mars 2022 sous l'impulsion du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, est tenu par seulement trois juges: Nathalie Turquey, Sabine Kheris, et Emmanuelle Ducos.

Depuis sa création, 222 dossiers ont été examinés et 80 font l'objet de procédure en cours, dont notamment la tuerie de Chevaline.

Article original publié sur BFMTV.com