66 Minutes - "Économie ne veut pas dire surconsommation", "C’est de l’argent qui dort", "Le syndrome de la fièvre acheteuse" : le comportement d’une "chasseuse de réductions" sidère les internautes

·6 min de lecture
Ce dimanche 3 avril, un reportage de 66 Minutes a sidéré les internautes. Capture écran M6 (Capture écran M6)

Ce dimanche 3 avril, M6 a diffusé un numéro inédit de "66 Minutes". Un reportage était centré sur les initiatives de certains Français pour contrer la hausse des prix. Et la technique d'une consommatrice pour faire des économies a sidéré les internautes.

À sept jours du premier tour de l'élection présidentielle, qui se déroulera ce dimanche 10 avril, les candidats sont en ébullition. L'un des points essentiels qui revient le plus dans tous les programmes est bien évidemment le pouvoir d'achat des Français. La hausse des prix se fait ressentir un peu plus chaque jour. Carburant, pâtes, riz, huile, fruits secs... Tous ces produits du quotidien ont vu leurs prix exploser en l'espace de quelques semaines. Un terrible constat qui préoccupe tous les habitants de l'hexagone, mais surtout, qui les inquiète. Comment réussir à vivre face à ces coûts en constante augmentation ? Telle est la question et "66 Minutes" a tenté d'y répondre.

Découvrez 5 choses à savoir sur Intermarché

Certaines personnes ont semble-t-il trouvé la solution pour parer à cette hausse du coût de la vie. Ce dimanche 3 avril, M6 a diffusé un nouveau numéro de "66 Minutes". Au programme ? Des initiatives pour contrer la flambée des prix. Xavier de Moulins et ses équipes ont suivi pendant un week-end des supermarchés qui se sont lancés dans une "guerre des promos". Une offre commerciale qui fait souvent son effet. Néanmoins, il faut ruser de malice pour se démarquer de ses concurrents. Frédéric, un directeur d'hypermarché, a proposé une offre qui ne peut que séduire les Français... Vendre le litre d'essence à 85 centimes d'euros. Un prix jamais vu depuis de nombreuses années.

Une "chasseuse de réductions"

Par ailleurs, la famille de Gislaine a été mise en lumière tout au long de ce reportage de "66 Minutes" centré sur la baisse du pouvoir d'achat. Avec son mari auto-entrepreneur, ils ne gagnent que 2300 euros par mois. Comme l'a expliqué la voix-off, ils sont donc à l'euro près. Depuis quelques mois, cette mère de famille a trouvé un passe-temps redoutable et consacre de nombreuses heures à décortiquer chaque promotion. Dès qu'elle voit une réduction "3 pour le prix de 2", cette consommatrice se laisse séduire... quitte à faire des réserves à outrance.

Les réductions créent-elles une surconsommation ?

Si cette "chasseuse de réductions" pense faire des économies drastiques lors de son passage en caisse, les internautes ont pointé du doigt un élément qui les dérange. Finalement, Gislaine se laisse tenter par des produits industriels qu'elle n'achèterait pas sans ces promotions... Pour les Twittos, ce n'est en aucun cas une économie. Ils sont convaincus que ce comportement pousse simplement à la surconsommation.

"La fièvre acheteuse"

Les internautes sont unanimes. Pour eux, Gislaine est une acheteuse "compulsive", qui aurait le syndrome de la "fièvre acheteuse".

"Elle a un magasin chez elle"

En découvrant le garage de Gislaine lors de ce reportage de "66 Minutes", les internautes sont restés sidérés. Ce dernier a été comparé à une "annexe de supermarché". Comme elle l'a expliqué, cette mère de famille recense pas moins de 15 bidons de lessive, et autant de boîtes de dentifrices, de lait et de produits en tout genre. Amusés, voire même carrément choqués, par tout le stock qu'elle entasse chez elle, les Twittos se sont interrogés... À quoi sert réellement tout ces provisions ?

Ce comportement en a agacé plus d'un. Et même si Gislaine semble faire quelques économies financières, elle perd une énergie considérable. D'autres abonnés du réseau social ont également condamné la consommation de la professeure de piano. Pour eux, en achetant mieux, et non des produits industriels tels que la pâte à tartiner, et autres produits peu recommandés pour la santé, elle ferait de véritables économies sans perdre tout ce temps.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :