Élections législatives 2024: qui sont les candidats de votre circonscription? La liste complète

Ils ont mené une campagne express. Après l'annonce de la dissolution par Emmanuel Macron au soir des européennes, plus de 4.000 candidats aux élections législatives anticipées des dimanches 30 juin et 7 juillet se présentent face aux Français. Le ministère de l'Intérieur a publié, ce mardi 18 juin, la liste officielle des candidats en lice pour rejoindre l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Tapez votre code postal dans le moteur de recherche ci-dessous pour consulter la liste complète des candidats au premier tour des législatives dans votre circonscription, ainsi que le parti auquel ils sont rattachés. Attention, les communes les plus importantes sont souvent divisées en plusieurs circonscriptions.

Nouveau Front populaire, Ensemble, LR, RN...

Les macronistes sous la bannière Ensemble

Parmi les principales forces politiques qui présentent des candidats, il y a Ensemble, composée des soutiens au président de la République Emmanuel Macron: Renaissance (ex-La République en marche), le Mouvement démocrate de François Bayrou, Horizons - mouvement d'Edouard Philippe -, l'UDI et le Parti radical.

Ce sont eux qui disposaient du plus grand nombre de députés à l'Assemblée nationale avant la dissolution, sans pour autant pouvoir compter sur une majorité absolue.

La gauche (presque) unie derrière le Nouveau Front populaire

À gauche, après la Nupes aux législatives de 2022, une nouvelle alliance a émergé sous la forme du Nouveau Front populaire, soutenu par La France insoumise, le Parti socialiste, les Ecologistes, le Parti communiste, le mouvement de Raphaël Glucksmann Place publique, Générations, le Nouveau Parti anticapitaliste et d'autres mouvements.

Localement, des candidats dissidents ont malgré tout émergé.

Un accord contesté LR-RN, Reconquête en solo

La droite et l'extrême droite partent divisées. Une partie des Républicains ont choisi de suivre le président contesté Eric Ciotti et de faire alliance avec le Rassemblement national, derrière L'Union nationale - classée union de l'extrême droite par le ministère de l'Intérieur. D'autres ont choisi de se présenter sous la seule bannière LR ou, localement, de se rassembler avec les macronistes.

Enfin, Reconquête, le mouvement d'Eric Zemmour, sera en solo et affaibli sur la ligne de départ: l'absence d'alliance avec le RN a conduit l'eurodéputée Marion Maréchal à claquer la porte du parti.

Plus d'une vingtaine d'étiquettes politiques

Au total, le ministère de l'Intérieur a classé les candidatures avec une vingtaine d'étiquettes politiques différentes: extrême gauche, Parti communiste français, La France insoumise, Parti socialiste, Parti radical de gauche, Les Écologistes (ex-EELV), divers gauche, union de la gauche (qui correspond aux candidats du Nouveau Front populaire), écologistes, régionaliste, divers, Renaissance, Modem, Horizons, Ensemble (la coalition présidentielle), divers centre, Union des démocrates et indépendants, Les Républicains, divers droite, droite souverainiste, Rassemblement national, Reconquête, Union de l'extrême droite (les candidats soutiens d'Éric Ciotti alliés avec le RN), extrême droite.

Article original publié sur BFMTV.com