Covid-19 : quels sont les variants qui résistent le plus aux vaccins ?

Maxime Poul
·4 min de lecture
La mutation E484K, présente dans plusieurs variants du Covid-19, pourrait nuire à l'efficacité des vaccins développés contre la maladie.

Depuis le début de la pandémie, de nombreux variants du Covid-19 sont apparus et inquiètent plus ou moins les scientifiques, notamment en fonction de leur résistance aux vaccins. Yahoo Actualités fait le point sur ces mutations qui échapperaient à la reconnaissance des anticorps des personnes vaccinées. 

Le variant britannique, le variant brésilien, le variant sud-africain ou encore le variant indien... Plus de 4 000 souches du SARS-CoV-2 ont été identifiées à travers le monde depuis le début de la pandémie. Mais selon les scientifiques, seule une petite minorité de ces mutations est susceptible d’être importante et de modifier considérablement le virus. C'est pourquoi l'OMS classe ces variants en diverses catégories : "en cours d'évaluation" ou VUM (pour variant under monitoring) ; "sous surveillance" ou VUI (pour variant under investigation) ; "inquiétant" ou VOC (pour variant of concern). 

Toutes ces mutations sont classées dans ces catégories en fonction de leur transmissibilité, de leur virulence mais également en fonction de leur potentielle capacité d'échapper à la réponse immunitaire induite par un premier contact avec des souches d'origine. 

Un "échappement immunitaire" pour les variants brésilien et sud-africain

À ce jour, seuls trois variants sont dans la catégories des variant inquiétants : le variant britannique (B.1.117), le variant sud-africain (B.1.351) et le variant brésilien (P.1). Le variant britannique est surtout connu pour sa forte transmissibilité et sa virulence, mais les vaccins seraient tout autant efficaces sur le B.1.117 que sur la souche originelle du coronavirus. 

Ce n'est en revanche pas le cas du variant brésilien, qui serait plus résistant aux vaccins. Ce dernier inquiète les scientifiques par sa contagiosité (qui est toutefois inférieure à celle du variant anglais) mais aussi par son "échappement immunitaire". "Les vaccins ARNm (Pfizer et Moderna) ont une efficacité conservée mais diminuée vis-à-vis du variant brésilien", conclut le dernier avis du Conseil scientifique. Cette perte d'efficacité reste à ce jour difficile à quantifier. C'est la mutation E484K de ce variant qui permettrait aux virus d'échapper aux anticorps lors d'une réinfection ou après une vaccination. Il s'agit de la mutation "la plus inquiétante de toutes" selon Ravi Gupta, professeur de microbiologie à l’Université de Cambridge.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Pour les variants, on fera des vaccins avec une autre forme. Nous avons gagné la bataille contre le Covid"

Le variant sud-africain inquiète également pour sa supposée résistance aux vaccins. Comme le variant brésilien, il comporte la mutation E484K et pourrait donc aider le virus à contourner la protection immunitaire conférée par une infection antérieure ou par la vaccination. Pour les vaccins à ARNm, le Conseil Scientifique estime la diminution de l'efficacité à environ 30%, soit une efficacité de 60-65% (contre 90-95% face à la souche historique du virus). L'efficacité du vaccin AstraZeneca pourrait en revanche tomber à 30% face au variant sud-africain.

La double mutation inquiétante du variant indien

Le variant indien (B.1617) fait partie des variants qui inquiètent le plus les scientifiques ces derniers jours. S'il ne fait, pour l'instant, pas partie des variant classés comme inquiétants par l'OMS, ce "double mutant" possède les mutations L452R et E484K. La première est connue pour rendre le virus plus transmissible et pourrait également être plus résistante aux vaccins que le virus d'origine. La seconde, la même que pour les variants brésilien et sud-africain, réduirait le pouvoir neutralisant des anticorps. Les scientifiques craignent que l'addition de ces deux mutations fasse du variant B.1617 un variant favorisant ainsi les réinfections malgré la vaccination.

À LIRE AUSSI >>> Covid-19 : comment l'Inde s'est retrouvée submergée par le virus ?

À noter que d'autres variants du Covid-19 comportent la mutation E484K, comme le variant écossais (B.1.525) ou encore le variant détecté à New York (B.1.526). Si ces variants ont beaucoup moins circulé à travers le monde que ceux précédemment cités, ils pourraient également réduire l'efficacité des vaccins disponibles. 

Pour faire face à ces variants susceptibles de réduire l'efficacité des vaccins actuellement disponibles sur le marché, plusieurs stratégies sont imaginées par les laboratoires. Les scientifiques pensent à l'administration d'une troisième dose, à l'adaptation des vaccins existants à ces nouvelles souches (comme pour le vaccin contre la grippe), ou encore au développement d'un "vaccin universel" contre tous les coronavirus et leurs variants.

Ce contenu peut également vous intéresser :