Coronavirus : Espagne, Australie, États-Unis, Maroc... Le retour des restrictions pour lutter contre le virus

·6 min de lecture
Un nouveau confinement a été imposé dans plusieurs quartiers de la ville de Melbourne, en Australie.
Un nouveau confinement a été imposé dans plusieurs quartiers de la ville de Melbourne, en Australie.

Certains pays doivent faire face à un retour important du coronavirus. Des restrictions ont donc fait leur retour en ce début du mois de juillet, notamment en Espagne, en Australie ou encore au Maroc.

La pandémie de nouveau coronavirus est loin d’être enrayée partout. Et certains pays, qui pensaient être débarrassés, voient ressurgir la maladie. Au point de devoir imposer de nouvelles restrictions.

L’Espagne isole des régions

C’est notamment le cas en Espagne. Ce samedi 4 juillet, la région de Catalogne a imposé le confinement de la zone du Segrià - près de la ville de Lerida, au nord-est du pays - qui compte 200 000 habitants. En cause, “une croissance très importante du nombre de contagions de Covid-19”, comme l’a expliqué le président de la région, Quim Torra, à la presse, rapporte France info.

Il ne s’agit pas d’un confinement des habitants à leur domicile, mais dans la zone. C’est-à-dire que les entrées et les sorties du Segrià sont restreintes. Par ailleurs, les rassemblements sont limités à 10 personnes.

Le lendemain, la Galice prenait une décision similaire, pour une zone côtière située au nord-ouest du pays. Depuis ce dimanche 5 juillet, à minuit, les habitants des communes du comté d’A Mariña n’ont pas le droit de sortir de cette zone. Ils ne peuvent pas se réunir à plus de 10 personnes et les capacités d’accueil des lieux fermés ont été revues à la baisse.

“Il est nécessaire de nous isoler pour éviter une augmentation exponentielle du nombre de cas”, a commenté Jesus Vazquez, le responsable sanitaire régional, précise Ouest France. Une décision qui concerne 70 000 personnes et devrait s’appliquer pendant au moins cinq jours.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des habitants de Melbourne reconfinés

De son côté, l’Australie a décidé d’isoler l’État de Victoria, où se situe la ville de Melbourne, qui a vu le nombre de contaminations bondir ces derniers jours. La frontière avec l’État d’Australie-Méridionale était déjà fermée, et le gouvernement a décidé d’appliquer la même mesure avec l’État voisin de Nouvelle-Galles du sud. Une première en 100 ans précise Ouest France, puisque la dernière décision du genre remonte à l’épidémie de grippe espagnole. La fermeture entrera en vigueur à partir de ce mardi 7 juillet, à minuit.

D’autres restrictions ont déjà été imposées. Depuis le mercredi 1er juillet, une trentaine de quartiers du nord et de l’ouest de Melbourne sont à nouveau confinés. Les plus de 300 000 habitants concernés n’ont le droit de se déplacer que pour le travail, l’activité sportive ou l’achat de produits de première nécessité. Par ailleurs, l’accès à ces quartiers est interdit pour ceux qui n’y vivent pas, rapporte LCI. Ces mesures devraient s’appliquer au minimum pendant un mois.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les États-Unis font marche arrière

Face au nombre toujours plus importants de cas de Covid-19 aux États-Unis, certains États ont décidé de faire marche arrière et d’imposer à nouveau des restrictions. La Floride, la Californie et le Texas ont ainsi choisi de refermer leurs bars. Au Texas, la cheffe de l'exécutif du comté de Harris - où se trouve la ville de Houston - a même demandé aux habitants de rester chez eux autant que possible, décrit Le Parisien.

Au début du mois de juillet, un couvre-feu a été mis en place dans le comté de Miami-Dade (Floride), rapporte Challenges. Par ailleurs, le 3 juillet, les gouverneurs de l’Arkansas et du Texas ont autorisé les maires à prendre des arrêtés imposant le port du masque.

Madagascar reconfine sa capitale

Madagascar a fait le choix d’un reconfinement localisé après une flambée des cas, notamment dans la capitale. À la suite d’un conseil extraordinaire, tenu ce 4 juillet, il a été décidé que la région d’Analamanga, où se trouve notamment la capitale, Antananarivo, serait entièrement confinée à partir de ce lundi 6 juillet. Une décision qui court jusqu’au 20 juillet, précise RFI.

Les mesures impliquent que l’entrée ou la sortie de cette zone sont totalement interdites. Les habitants n’ont pas le droit de se déplacer - sauf pour se rentre à l’hôpital - et les commerces de première nécessité ne sont ouverts que jusqu’à midi, exception faite des pharmacies. Les écoles sont à nouveau fermées et les rassemblements interdits.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le Maroc met Safi en quarantaine

Le Maroc fait face à son taux de nouvelles contaminations le plus élevé depuis le mois de mars, comme l’ont annoncé les autorités le 5 juillet. En cause, la formation d’un cluster dans une usine de Safi, sur la côte ouest.

Résultat, la ville a été placée en quarantaine dans la nuit du 4 au 5 juillet, annonce France info. Les entrées et les sorties y sont donc interdites. Par ailleurs, les commerces ont l’obligation de fermer à 18h et les cafés à 20h. L’accès aux plages est interdit, ajoute le site H24infos.

Israël vote pour de nouvelles restrictions

Israël est débordée par l’épidémie de coronavirus, et fait face à un millier de nouvelles contaminations quotidiennes ces derniers jours, comme le rapporte i24News. Le professeur Eli Waxman, membre du groupe d’experts qui aide le gouvernement sur la question, a expliqué ce dimanche 5 juillet que le pays avait “perdu le contrôle de la pandémie”.

“Si nous ne prenons pas des mesures drastiques, nous reviendrons au confinement total d’ici deux semaines”, a-t-il averti, toujours selon i24News. D’après l’ancien présentateur de la chaîne, Julien Bahloul, le gouvernement vient de voter, ce 6 juillet, la fermeture immédiate des lieux de divertissements - salles de sport, bars, salles de spectacles... - et limité l’accès aux restaurants. Les synagogues restent ouvertes mais ne peuvent accueillir que 19 personnes à la fois.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vendredi 3 juillet, l’OMS tirait une fois de plus la sonnette d’alarme sur la progression du coronavirus dans le monde, exhortant les pays à “regarder les chiffres” et à “se réveiller”.

NOS ARTICLES SUR LE CORONAVIRUS
>>
Allemagne, Portugal, Grèce : ces pays misent sur un reconfinement local
>>
Incompréhension, sentiment d'abandon : le calvaire des malades dont les symptômes persistent
>>
Immunité collective, chloroquine, aérosol... Le petit lexique du coronavirus
>>
Inquiétude dans l'hémisphère sud à l'approche de l'hiver
>>
Iran, Turquie Israël... Ces pays touchés par une seconde vague

Ce contenu peut également vous intéresser :