Publicité

CAN 2024: l'Algérie et l'Egypte déçoivent, le Maroc et le Sénégal assurent... les tops et flops de la première journée

Après cinq jours de compétition, la première journée des poules de la CAN s'est achevée mercredi avec le nul de la République démocratique du Congo face à la Zambie (1-1). Avant le début de la deuxième journée dès ce jeudi, avec notamment un choc entre la Côte d'Ivoire et le Nigeria (18h), certaines sélections ont déjà marqué les esprits alors que d'autres se sont ratées.

>> Toutes les infos sur la CAN en Côte d'Ivoire

Le Sénégal a fière allure

Tenant du titre et prétendant à sa propre succession, le Sénégal a fait forte impression pour son entrée en lice face à la Gambie avec un large succès (3-0). Si l'adversaire de l'équipe dirigée par Aliou Cissé a connu une fin de préparation compliquée en frôlant la mort en avion, les Lions de Teranga ont réalisé une solide prestation.

Porté par un Sadio Mané à la confiance retrouvée, le champion d'Afrique en titre a fait preuve de solidité et a bien maîtrisé son sujet. Avec en prime une frappe splendide de la pépite messine Lamine Camara. Qu'on se le dise, le Sénégal semble bien avoir les armes pour briser la malédiciton du tenant du titre.

Le Maroc confirme son nouveau statut

Première équipe africaine à atteindre les demi-finales d'une Coupe du monde, le Maroc fait désormais office de favori à la CAN. Si la solidité du bloc des Lions de l'Atlas n'est plus à prouver, son jeu a parfois semblé peu flamboyant.

C'est peut-être bien fini et les partenaires des Marseillais Azzedine Ounahi et Amine Harit ont signé une victoire convaincante face à la Tanzanie (3-0) pour leur premier match de la compétition continentale. Sans trembler, le Maroc a bien négocié son entame à la CAN et devrait continuer sa montée en puissance avant sa propable qualification pour la phase finale.

L'hôte ivoirien a fait le job

Sans véritable star capable de faire oublier Didier Drogba ou Yaya Touré, la Côte d'Ivoire a abordé cette CAN à domicile sans faire beaucoup de bruit. Mais, en plus du soutien populaire qui leur offre un surplus de motivation, les Elephants dispose d'une belle équipe. A chaque ligne des joueurs de talent et la victoire inaugurale face à la Guinée-Bissau (2-0) est là pour le rappeler.

Proche de la retraite après une aventure conmpliqué à Saint-Etienne, Jean-Louis Gasset a retrouvé le sourire et la passion sur le banc de la Côte d'Ivoire. Sous les ordres de l'ancien adjoint de Laurent Blanc au PSG et en équipe de France, la génération des Seko Fofana (premier buteur de cette CAN), Franck Kessié et Jérémie Boga pourrait bien offrir un troisième sacre au peuple ivoirien, le premier depuis 2015.

L'Algérie a déjoué et s'est endormie

Avec les Riyad Mahrez, Ismaël Bennacer et autres Youcef Belaïli ou Baghdad Bounejdah, l'Algérie semble disposer de suffisament de talents pour prétendant à la victoire finale le 11 février prochain. Mais voilà, pour son entrée en lice contre l'Angola, l'équipe dirigée par Djamel Belmadi a déçu et s'est contentée d'un nul (1-1). Dominateurs en première période, les Fennecs ont baissé de rythme après la pause.

Comme épuisés ils ont fini par craquer et lâcher de précieux points dans la course aux huitièmes. Tout sauf une bonne nouvelle alors que le spectre d'une nouvelle élimination dès le premier tour de la CAN pointe déjà après l'échec de l'édition précédente.

Salah a sauvé l'Egypte d'un cuisant échec

Nation la plus titrée de l'histoire de la Coupe d'Afrique des nations, l'Egypte est souvent bien placée parmi les candidats au titre continental. Mais voilà, malgré un Mohamed Salah toujours aussi décisif, l'équipe propose un jeu loin d'emballer les supporteurs et très loin des standings d'un potentiel vainqueur de la CAN.

Sans un penalty salvateur de la star de Liverpool au bout du temps additionnel, l'Egypte aurait même pu se faire surprendre par une surprenante (mais limitée) sélection du Mozambique (2-2). A l'arrivée, les Pharaons ont arraché de justesse le point du nul avant le choc de la deuxième journée ce jeudi (21h) contre le Ghana.

Le Ghana piégé

Bonne nouvelle pour l'Egypte, cela ne va pas mieux du côté du Ghana. Si André Ayew a rejoint le club très fermé des joueurs avec huit participations à la CAN (avec Rigobert Song, Ahmed Hassan et Youssef Msakni), les Black Stars ont déçu et sont tombés dans le piège du Cap-Vert (1-2) pour leur premier match.

Souvent placé avec quatre demi-finales et deux finales depuis 2008, la Ghana se retrouve déjà en danger dans cette édition 2024. En cas de nouvelle contre-performance lors du duel face à l'Egypte, les coéquipiers des frères Ayew et de Mohammed Salisu doivent se reprendre. Le possible retour de Mohammed Kudus pour la deuxième journée pourrait faire un bien fou au quadruple vainqueur de la CAN.

Article original publié sur RMC Sport