Publicité

Riposte d'Israël à Gaza: Mélenchon juge que "les crimes de guerre" sont "encouragés" par Macron

Au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon répond au chef de l'État qui, sans citer les insoumis, a appelé à la condamnation "la plus claire" possible des attaques contre Israël.

"Les crimes de guerre contre les Palestiniens de Gaza sont encouragés par le silence approbateur de nos dénonciateurs d'hier", a écrit le fondateur de La France insoumise sur son compte X (ex-Twitter).

"TOUS les criminels de guerre doivent être jugés et condamnés"

"TOUS les criminels de guerre doivent être jugés et condamnés. TOUS. La France doit agir maintenant pour le cessez-le-feu et la libération des otages du Hamas ET de Gaza", précise encore l'ex-candidat à la présidentielle.

Le conflit entre Israël et le Hamas arrive à un tournant, six jours après des attaques qui ont eu notamment lieu dans une rave party à quelques kilomètres de la bande de Gaza et des kibboutz. On compte pour l'instant au moins 1.200 morts israéliens et 150 otages, dont 17 Français détenus par le Hamas dans la bande de Gaza.

"C'est l'heure de la guerre"

"C'est l'heure de la guerre", a annoncé le chef de l'armée israélienne ce vendredi matin. Dans un communiqué diffusé vendredi matin, Tsahal a ordonné l'évacuation de la population du nord de la bande de Gaza vers le sud, signe de l'imminence de la riposte de Tsahal après les attaques du Hamas.

Cette évacuation semble difficile à tenir tant la densité de population est forte dans ce territoire. L'ONU a déjà fait part de "ses inquiétudes". Le sud du Liban a par ailleurs été bombardé par Tsahal. Des bombes ont endommagé les tarmacs des aéroports de Tamas et d'Alep. Le nombre de morts dans la bande de Gaza se chiffre à environ 1.300, d'après le ministère palestinien de la Santé.

"Israël a utilisé du phosphore blanc lors d'opérations militaires à Gaza et au Liban, exposant les civils à des risques de blessures graves et à long terme", affirme de son côté l'ONG Human Rights Watch.

"Quatre jours de lapidation de LFI"

Le phosphore blanc "provoque des brûlures atroces et peut mettre le feu aux habitations". Son utilisation dans des zones peuplées est illégale, rappelle l'organisation.

"Chacun peut donc mieux comprendre quelle diversion auront été ces quatre jours de lapidation de LFI", écrit encore Jean-Luc Mélenchon qui s'estime avoir été injustement attaqué par la majorité présidentielle.

Manuel Bompard a évoqué "des crimes de guerre" tout comme Mathilde Panot, tout en refusant de qualifier le Hamas d'organisation terroriste. Si plusieurs pays, à l'instar de la Suisse, n'ont pas placé cette organisation sur la liste des groupes terroristes, elle est reconnue comme telle par les institutions européennes.

Macron accuse les insoumis de "oui, mais"

"C'est la branche armée (du Hamas) qui est aujourd'hui responsable de crimes", a expliqué la patronne des députés LFI lors d'une conférence de presse. Plusieurs ténors de la majorité mais aussi au sein de la Nupes ont regretté ses propos.

"Rien ne peut justifier le terrorisme (...) Il ne peut jamais y avoir de 'oui mais'", a tancé Emmanuel Macron lors de son discours jeudi soir.

Jean-Luc Mélenchon est longuement revenu mercredi soir lors d'une conférence à Bordeaux sur la situation entre Israël et le Hamas. "On dit 'vous n'avez pas condamné'. Bien sûr que si, bien sûr que si, nous avons condamné. Aucun crime ne trouvera jamais grâce à nos yeux", a-t-il déclaré.

Article original publié sur BFMTV.com