Mort tragique de l'imitatrice Chantal Gallia à 65 ans

Capture écran - Coucou c'est nous

La "Pionnière de l’imitation en France" s’est éteinte d’un AVC ce dimanche 10 juillet comme l’a annoncé sa famille à l’AFP. Née en 1956 à Constantine, sous le nom de Chantal Halimi, Chantal Gallia fut notamment connue pour ses talents d’imitatrice. Selon sa famille, elle pouvait "imiter 120 voix de femmes et d’hommes du monde de la chanson, de la politique, du cinéma et des médias". Muriel Robin, Patricia Kaas, Georges Brassens, Charles Aznavour, en sont un échantillon. Elle a "participé aux tournées de Joe Dassin, Claude François, Dalida, Pierret Bachelet, Hervé Vilard, Linda de Souza à l'Olympia en 1984, avant de produire son propre spectacle en 1992-1993 aux Théâtre Michel de la Renaissance". J'annonce, j'abats, est un spectacle qu’elle a joué pendant 3 mois à Paris au Théâtre de la Renaissance ainsi que Non mais je rêve, joué pendant 3 mois au Théâtre Michel, à Paris.

En plus d’être imitatrice, Chantal Gallia s’était lancée dans la chanson avec quelques titres comme Disco cloche, Pas d'mari pour Mimi ou encore La mémoire qui chante, et apparaissait au sein de quelques chroniques comme "Gallia d'la joie sur Antenne 2 et Champagne Gallia sur Europe 1". Les années 90 furent le moment pour l’imitatrice de se retirer de la sphère médiatique dans le but d’élever ses enfants comme le rapporte le journaliste de l’AFP, Jean-François Guyot sur Twitter.

...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles