Isère : un médecin sommé de rembourser 56 000 euros au département

La petite commune a besoin d'urgence d'un généraliste supplémentaire (illustration).  - Credit:S.CAILLET/BSIP / BSIP / BSIP via AFP
La petite commune a besoin d'urgence d'un généraliste supplémentaire (illustration). - Credit:S.CAILLET/BSIP / BSIP / BSIP via AFP

L'arrivée du docteur Setaihi se présentait comme un véritable soulagement pour les habitants des Avenières Veyrins-Thuellin. Comme le rapporte Le Parisien, cette commune de 8 000 habitants attendait avec impatience qu'un troisième généraliste s'installe afin de soulager les deux premiers, respectivement âgés de 68 et 78 ans. La maire de la ville, Myriam Boiteux, affirme que la municipalité « pensait avoir enfin trouvé au début de l'année » ce nouveau médecin.

Mais tout ne se passera pas comme prévu. Le conseil départemental de l'Ordre des médecins a finalement « retoqué », selon le quotidien, l'installation à mi-temps voulue par le généraliste dans la commune. Le président du conseil explique : « Ce médecin parlait de dépanner deux jours et demi par semaine plus que de véritablement s'installer aux Avenières : c'est insuffisant pour le poste et cela empêcherait un autre médecin, plus impliqué, de prendre la place. »

« Ce médecin a voulu jouer sur deux tableaux »

Les candidatures sont pourtant loin de pleuvoir aux Avenières Veyrins-Thuellin et la maire de la ville déplore cette opportunité manquée. Le conseil « reproche au praticien de ne pas habiter sur place et de refuser de faire des visites à domicile, assure-t-elle. Mais l'urgence est d'avoir un médecin avant tout. La situation est ubuesque ! » D'autant que le dossier a été à nouveau refusé malgré l'ajout de demi-journées de présence supplémentaires.

À LIRE AUSSIMichel Richard – Les politiques trop lâches [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles