"C'était trop incontrôlé", la sortie de Kroos sur l’immigration en Allemagne

Toni Kroos (34 ans) a achevé son immense carrière, chez lui en Allemagne, vendredi par une douloureuse défaite contre l’Espagne (2-1, a.p.) en quarts de finale de l’Euro 2024. Mais le milieu de terrain ne s’éternisera pas sur sa terre natale. Invité du podcast Lanz & Precht de la chaîne ZDF au lendemain de cette élimination, l’ancien joueur du Real Madrid a expliqué qu’il resterait vivre en Espagne où il est installé depuis dix ans. Le champion du monde 2014 regrette certains effets de l’immigration de masse dans son pays, tout en louant ses bénéfices.

"L’Allemagne n’est plus le pays qu’il était il y a 10 ans quand je l’ai quitté"

"L’Allemagne n’est plus le pays qu’il était il y a 10 ans quand je l’ai quitté", a-t-il déclaré. "Que ce soit en 2006 ou aujourd’hui, de nombreuses personnes ont été accueillies à bras ouverts. Je trouve cela sensationnel. Je pense vraiment que c’est formidable, mais je crois que c’était trop incontrôlé. Je pense que nous n’avons pas réussi à exploiter cette approche ou cette idée fondamentalement très positive, que je soutiens à mille pour cent parce que je trouve sensationnel que des gens viennent chez nous de l’extérieur et qu’ils soient heureux."

L’ancien joueur du Bayern Munich (2007-2014) a poursuivi. "Je pense que nous avons tout simplement sous-estimé cette idée et, qu’en fin de compte, elle était tout simplement trop incontrôlée", estime-t-il. "Et il est clair que lorsque beaucoup de gens viennent, il y a toujours un pourcentage, tout comme parmi les Allemands, parmi beaucoup d’Allemands, il y a aussi un pourcentage qui ne nous fait pas de bien et qui ne se fait pas de bien à lui-même. Et c’est la même chose avec beaucoup de gens qui viennent; si vous ne pouvez pas distinguer ceux qui ne nous font pas de bien, alors cela devient difficile à la fin. Et bien sûr, l’attitude des Allemands sera toujours plus divisée sur cette question, même si l’idée fondamentale que des gens viennent, dont nous avons évidemment aussi besoin, qu’ils soient ici, est étonnante et bonne."

Il conclut son argumentaire par un exemple. "Si quelqu'un me demandait si je préférais laisser plutôt sortir ma fille à 23 heures en Espagne ou dans une grande ville allemande, je dirais plutôt en Espagne. Elle n'aurait probablement pas autant de soucis. Ça ne signifie pas qu'il n'y a pas de problèmes en Espagne pour autant."

Article original publié sur RMC Sport