Publicité

Après son passage éclair au ministère de l'Éducation, Amélie Oudéa-Castéra bat un record de brièveté

Après trois semaines de polémiques liées à la scolarisation de ses enfants dans le privé, Amélie Oudéa-Castéra est remplacée par Nicole Belloubet au ministère de l'Éducation nationale. Elle sera restée en poste moins d'un mois.

Un passage éclair et mouvementé avec un record à la clé. Amélie Oudéa-Castéra quitte le ministère de l'Éducation nationale à l'occasion du remaniement annoncé ce jeudi 8 février. L'éphémère locataire de la rue de Grenelle conserve son ancien portefeuille des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

Amélie Oudéa-Castéra sera restée moins d'un mois en poste. Elle bat ainsi un record jusqu'ici détenu par Benoît Hamon, resté au ministère seulement cinq mois en 2014. Le socialiste avait quitté le gouvernement aux côtés d'Arnaud Montebourg et d'Aurélie Filippetti, qui avaient critiqué la ligne économique de Manuel Valls et François Hollande.

Polémique autour de la scolarisation de ses fils

Seulement trois jours après sa nomination à l'Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra s'est retrouvée au cœur d'une vaste polémique autour de la scolarisation de ses enfants à Stanislas, un établissement catholique privé de Paris.

La ministre avait alors justifié ce choix par des "paquets d'heures pas sérieusement remplacées" dans le public. Une déclaration contredite par l'ancienne enseignante de son fils dans Libération.

En outre, l'établissement de Stanislas est accusé d'homophobie et de sexisme et également de ne pas respecter les règles de Parcoursup en détournant la procédure d'admission dans l'enseignement supérieur. Le fils d'Amélie Oudéa-Castéra lui-même a bénéficié de son contournement, lui assurant une place dans une des classes préparatoires.

De plus, les trois fils d'Amélie Oudéa-Castéra sont scolarisés dans des classes non-mixtes à Stanislas, ce qui n'a pas manqué de faire enfler la polémique.

Elle est ce jeudi remplacée par Nicole Belloubet, ex-garde des Sceaux entre 2017 et 2020, qui a notamment été rectrice et qui a commencé sa carrière comme professeur de droit public.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - LES ÉCLAIREURS - Amélie Oudéa-Castéra: anatomie d'une chute