Publicité

"Un choix que je ne fais pas": Prisca Thevenot réagit aux choix de scolarisation d'Amélie Oudéa-Castéra

"On est aussi ministre, on est aussi mère de famille". Interrogée sur Sud Radio sur les choix de scolarisation d'Amélie Oudéa-Castéra, qui font polémique depuis son arrivée à la tête du ministère de l'Éducation nationale, la porte-parole du gouvernement ne veut pas "juger ces choix".

"Ce ne sont pas des choix de la ministre de l'Éducation nationale mais de la mère de famille", explique Prisca Thevenot.

Elle affirme toutefois qu'elle ne ferait pas les mêmes. "Je ne le fais pas puisque mes enfants sont scolarisés dans le public, dans des classes mixtes, et que je fais moi-même toute ma scolarité dans des classes mixtes", détaille-t-elle.

"Parler de sujets de l'Éducation nationale"

Amélie Oudéa-Castéra peine à sortir de la polémique sur la scolarisation de ses enfants dans le privé. La ministre fait l'objet de vives critiques pour son choix de scolariser ses enfants dans l'établissement privé et catholique de Stanislas, accusé de "dérives", notamment homophobes.

En outre, Amélie Oudéa-Castéra avait justifié son choix du privé par "un paquet d'heures non remplacées" dans l'école publique de son fils aîné - une défense contestée par une enquête de Libération et Mediapart.

Enfin, la ministre est également pointée du doigt pour la scolarisation de ses fils dans des classes non-mixtes et pour le non-respect du processus de Parcoursup pour un d'entre eux.

"L'enjeu, c'est peut-être aussi de l'interroger sur ces sujets-là", affirme ce jeudi Prisca Thevenot. "On l'interroge beaucoup sur ses choix en tant que maman - qui peuvent être questionnés - mais il serait peut-être temps de parler de sujets de l'Éducation nationale", conclut la porte-parole du gouvernement.

Une grève des enseignants

Le monde enseignant est en grève ce jeudi. Le syndicat du secondaire SNES-FSU recense 47% de grévistes dans les collèges et les lycées, contre 20% selon le chiffre du ministère.

Les professeurs étaient appelés à manifester pour défendre leurs conditions de travail, sujets auxquels s'ajoute la défense de l'école publique après les déclarations polémiques d'Amélie Oudéa-Castéra.

Article original publié sur BFMTV.com