Publicité

Amélie Oudéa-Castéra estime être devenue, pour certains, le "symbole d'une caste privilégiée" à "abattre"

La ministre de l'Éducation nationale, de la jeunesse, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, en pleine tourmente politique, a regretté d'être devenue une cible depuis plusieurs semaines.

La ministre de l'Éducation nationale et des Sports Amélie Oudéa-Castéra, en pleine tempête depuis sa nomination le 11 janvier après une polémique sur la scolarité de ses enfants, a dénoncé ce mardi 30 janvier le fait que certains tentent d'en faire "le symbole" d'une "caste privilégiée", à "abattre".

Amélie Oudéa-Castéra, sous le feu des critiques en raison de la scolarisation de ses enfants dans l'établissement privé Stanislas a estimé lors de la cérémonie des voeux du comité olympique français (CNOSF) que "même au sein du Parlement on voudrait faire de moi le symbole d'une caste privilégiée à combattre, à abattre".

"Mea culpa"

La ministre se trouve au centre d'une polémique déclenchée par des propos sur la scolarité de ses enfants dans l'école privée parisienne Stanislas et de ses déclarations sur l'école publique Littré et ses "paquets d'heures pas sérieusement remplacées".

Une sortie qui a déclenché l'ire de plusieurs syndicats d'enseignants et une défense de la ministre mise à mal peu après par le quotidien Libération qui a publié plusieurs témoignages démentant cette version.

"Ces deniers jours j'ai évoqué de manière maladroite, un souvenir erronée de maman vieux de 15 ans. J'ai blessé des personnes que pour rien au monde je ne voulais blesser. Mea culpa", a-t-elle dit.

"Je vous le dis ce soir, cette faute, je ne suis pas sûre d'arriver à me la pardonner moi-même un jour. C'est pour moi une meurtrissure, contrairement à beaucoup d'étiquettes que beaucoup de gens veulent me coller sur les épaules. La seule injonction qui me sois jamais donnée à moi-même, ce n'est pas de gagner (...), de conquérir, mais de me comporter comme quelqu'un de bien et ce n'est pas ce que j'ai fait."

Une "évocation maladroite"

"Ce que j'ai découvert de l'évocation maladroite, erronée, fautive, d'un souvenir (...) Il peut jaillir un torrent qui éclabousse tout jusqu'aux choix les plus intimes (...) une mécanique qui voudrait balayer tout ce qui a été construit, salir tout ce qui peut l'être", a-t-elle poursuivi dans un long monologue de défense.

"Et même au sein du Parlement on voudrait faire de moi le symbole d'une caste privilégiée à combattre, à abattre. Alors que la seule chose que j'ai hérité de ma famille c'est l'amour du travail bien fait, du goût de l'effort, la passion du mérite. Et c'est tout ça qui fait que le sport est mon milieu naturel", a-t-elle dit devant une assemblée qui l'a longuement applaudie à la fin de son discours.

La ministre a également cité le poème de Rudyard Kipling 'sois un homme mon fils' qui était dans sa chambre d'enfant.

"Tant que ce mandat à la tête de ce magnifique ministère me sera confié je ferai tout pour faire réussir les enfants, tous les enfants de la République", a-t-elle également ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO -Emmanuel Macron reçoit les handballeurs à l'Elysée : Amélie Oudéa-Castéra présente pour accueillir les champions