Publicité

"Urgence agricole", plan anti-stups"... Le calendrier des réformes annoncées par Gabriel Attal

Le Premier ministre Gabriel Attal a détaillé, lors d'un entretien accordé au Parisien et publié samedi 10 février, le calendrier de plusieurs réformes et mesures à venir dans les prochains mois. Une façon pour le chef du gouvernement de mettre l'accent sur "l'action" et de fixer ses "priorités".

• Agir pour "l'urgence agricole" dès ce printemps

Dès ce "printemps", sans fixer de date plus précise, le Premier ministre entend prendre en main "l'urgence agricole", après les semaines de manifestations d'agriculteurs qui ont secoué le pays.

Gabriel Attal assure qu'il "tiendra (ses) engagements" et préparera "le projet de loi d'orientation agricole qui sera présenté autour du Salon de l'agriculture". Parmi les mesures annoncées, une aide de 150 millions d'euros pour les éleveurs dès cet été ou l'application renforcée de la loi Égalim dans la restauration collective.

• Une "loi Macron 2" pour gérer "l'urgence économique"

Gabriel Attal entend aussi se pencher sur "l'urgence pour l'activité économique". Sur ce sujet, il assure vouloir "lever un à un les carcans qui brident les Français".

Il évoque ensuite un projet de "loi Macron 2" qui devrait être "présentée avant l'été". Il serait destiné à "libérer l'activité économique, la croissance, le développement industriel". Gabriel Attal évoque notamment une volonté "d'aller plus loin dans la réindustrialisation dans l'esprit d'Industrie verte", la simplification des règles et d'accès à une profession dans certains secteurs comme la vente de médicaments en ligne, ou encore la lutte contre "le poids des normes".

• Mieux rémunérer la médecine scolaire

Le Premier ministre souhaite agir pour les jeunes dont ils jugent que "trop" d'entre eux sont en "situation de fragilité". Pour cela, il veut "renforcer la médecine scolaire" avec le versement d'une prime exceptionnelle de 800 euros pour les infirmiers scolaires en mai et une augmentation de leur salaire de 200 euros.

Le dispositif Mon soutien psy sera également renforcé afin que "les jeunes puissent bénéficier de séances chez le psychologue mieux remboursées par la Sécurité sociale".

• Des "sanctions éducatives" plus précoces

Concernant l'école, Gabriel Attal veut se montrer plus sévère avec les élèves indisciplinés. Il souhaite des "sanctions éducatives" plus précoces, sans nécessairement attendre d'en passer par la case conseil de discipline.

Il entend aussi agir plus tôt, dès l'école primaire, mais reste flou sur la question, évoquant une simple réflexion sur "l'évolution du cadre".

• Un internat gratuit pour les jeunes "en dérive"

Toujours concernant les jeunes, Gabriel Attal veut "adapter nos sanctions" pour leur tranche d'âge, évoquant notamment ces très jeunes adolescents, de parfois 13 ou 14 ans, qui avaient participé aux violences urbaines à l'été 2023.

Il évoque pour cela "des mesures éducatives" s'inspirant notamment des travaux d'intérêt général appliqués aux majeurs. "Dès le printemps, des départements expérimenteront l'internat gratuit pour certains jeunes à la dérive, sur simple accord des parents", indique-t-il.

• Un guide pour gérer les temps d'écran

Inquiet concernant le temps passé par les jeunes sur les écrans, Gabriel Attal envisage de proposer un "guide du bon usage" des écrans pour les enfants dans lequel seraient regroupés les conseils d'experts.

Il espère aussi, en collaboration avec les plateformes, trouver le moyen de mettre en place un "vrai verrou" empêchant les moins de 13 ans d'accéder aux réseaux sociaux.

• Un plan sur le logement

Face au manque de logements, Gabriel Attal assure vouloir en construire "30.000" nouveaux d'ici "trois ans". Pour cela, il assure qu'il va annoncer dans les prochains jours les 20 territoires choisis pour bénéficier d'une simplification des procédures de construction. Par ailleurs, il indique qu'une nouvelle version de la loi SRU sera présentée "avant l'été".

• Un "nouveau plan anti-stups" en mars

Gabriel Attal indique qu'un "nouveau plan anti-stups" doit être présenté en mars pour lutter notamment contre le trafic de drogue qui se développe dans les villes moyennes.

Ce plan doit notamment permettre de "geler et de saisir les avoirs des trafiquants" pour freiner les trafics.

• Supprimer les comités inutiles pour limiter les dépenses

Le Premier ministre pointe du doigt "autour de 300" comités rattachés à des ministères et qu'il juge inutiles. "Une quarantaine vont être supprimés", prévient-il, afin d'alléger les dépenses. Il assure que des décrets sont en préparation.

• Un service d'accès aux soins de santé

Sur la santé, Gabriel Attal veut instaurer un service d'accès aux soins (SAS) pour "reconquérir du temps médical". Cela signifie que lorsqu'un patient appellera le 15, il sera, en fonction de son cas, dirigé vers un hôpital ou vers un médecin de ville.

• Préremplissage des formulaires de demandes d'aides

Pour mieux lutter contre la fraude aux aides sociales, mais aussi le non-recours à ces aides, Gabriel Attal indique que sera testé le préremplissage des formulaires de demandes de RSA et de prime d'activité à partir de "la fin de l'été". Le principe devrait être généralisé d'ici 2025.

• Les groupes de niveau à la rentrée scolaire

Pour la rentrée scolaire de septembre 2024, les groupes de niveaux seront instaurés dans les classes de 6e et de 5e. Les mesures destinées à créer un "choc des savoirs" doivent aussi être mises en place. Parmi elles, le recours plus facile au redoublement ou le nouveau brevet conditionnant l'entrée au lycée.

• Un "projet de l'acte II de la réforme du marché du travail"

À la rentrée de septembre 2024, un "projet de l'acte II de la réforme du marché du travail" doit être présenté. Il pourrait potentiellement durcir les règles de l'assurance-chômage.

Article original publié sur BFMTV.com