Publicité

Levée des blocages, actions coup de poing... La colère des agriculteurs s'apaise et change de forme

Après deux semaines de blocages et de manifestations, la mobilisation des agriculteurs a fortement ralenti ce samedi 3 février, avant de possiblement connaître une renaissance sous une nouvelle forme à l'approche du Salon de l'Agriculture.

Vinci, le principal concessionnaire de France, notait dans un point, ce samedi, "un retour à la normale" sur l'ensemble des autoroutes dont il s'occupe. La plupart des routes coupées ont été rouvertes et les nombreux blocages levés. Celui du péage de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, a été entièrement évacué par les forces de l'ordre. À 12h, seule une manifestation entraînait encore la coupure de l'A10 entre Saint-Maixent et Poitiers dans les deux sens.

Concernant le convoi des agriculteurs parti d'Agen en début de semaine pour se rendre à Rungis, il est désormais de retour dans le Sud-Ouest. Après un arrêt à Bergerac, en Dordogne, en début d'après-midi, la cinquantaine de tracteurs du syndicat de la Coordination rurale retourne dans les exploitations agricoles. Lors de leur périple, la majorité s'est heurtée aux barrages des forces de l'ordre sur la Loire mais une trentaine a réussi à remonter en milieu de semaine en direction de l'Essonne après avoir forcé le passage à Gien (Loiret).

Deux actions coups de poing

Quelques perturbations ont néanmoins émaillé ce début de week-end. En Indre-et-Loire, quelques dizaines d'agriculteurs ont déversé du fumier devant deux hypermarchés Leclerc à Chinon et Loches, où ils ont procédé à un "contrôle" des produits pour vérifier leur origine et leur étiquetage. Encadrée par les forces de l'ordre, cette opération s'est déroulée dans le calme. "Le fumier va être ramassé", a précisé à l'AFP Hélène Brebion, responsable de la FDSEA 37.

À Villeneuve-d'Ascq (Nord), des agriculteurs du syndicat Confédération paysanne et de la CGT notamment ont également retiré des produits étrangers des rayons d'un supermarché Auchan dans le cadre d'une action. Leur objectif était de protester contre les importations de produits agricoles à bas prix venus de Roumanie ou encore de Nouvelle-Zélande. Le miel a notamment été visé. Des affiches "Paysans, consommateurs, reprenons la main" ont été collées sur les rayons.

Vers une suite de la mobilisation?

La mobilisation pourrait tout de même connaître un regain d'intérêt à quelques semaines du Salon de l'Agriculture le 24 février prochain. La FNSEA veut voir la concrétisation des premières mesures d'ici cet événement et une loi d'ici le mois de juin. Sinon, elle "remettra le couvert".

"Le monde paysan va rester mobilisé dans la perspective du Salon de l'agriculture et dans la plus grande vigilance vis-à-vis des avancées attendues au niveau national et européen", a abondé la Coordination rurale, 2e syndicat représentatif, dans un communiqué.

L'alliance syndicale majoritaire FNSEA-Jeunes agriculteurs (JA) a de son côté appelé "à suspendre les blocages et à rentrer dans une nouvelle forme de mobilisation". Sans préciser, encore, les modalités de la poursuite du mouvement.

Article original publié sur BFMTV.com