Publicité

"The Crown": la princesse Diana a-t-elle vraiment été piégée par un journaliste de la BBC?

"Nous étions trois dans ce mariage, ce qui fait un peu beaucoup de monde." Cette phrase, la princesse Diana l'a prononcée en novembre 1995, dans une interview à accordée à l'émission Panorama diffusée sur la BBC, la télévision publique britannique.

La princesse de Galles s'y livre à cœur ouvert, et n'épargne aucun détail au public: l'entretien est dévastateur pour la monarchie britannique et surtout pour le prince Charles, dont elle disait douter de la capacité à régner.

La série The Crown, évoque dans sa cinquième saison, les moyens peu scrupuleux du journaliste de la BBC, Martin Bashir, pour pousser Diana à se livrer ainsi à la télévision. Qu’en est-il vraiment?

Le journaliste Martin Bashir a-t-il réellement manipulé la princesse Diana?

Dans The Crown, le journaliste de la BBC lui montre de faux relevés bancaires pour inciter Diana à donner sa propre version des faits et lui accorder une interview. Il lui fait croire que des membres de son entourage ont été payés par les services de sécurité britanniques pour l’espionner et la discréditer. Ces fausses révélations rencontrent un écho très favorable auprès de la princesse, qui est en pleine paranoïa.

"La narration que fait The Crown de cet épisode est plutôt juste", analyse Maud Garmy, journaliste au magazine Point de vue.

"En effet, un jeune journaliste de la BBC, Martin Bashir a bien demandé à un graphiste de produire de faux documents", relate-t-elle. "Il s'agissait de s'attirer la sympathie et la confiance du clan Spencer pour faire croire qu'un complot se jouait contre la princesse. Et donc lui donner envie de régler ses comptes dans une interview choc et exclusive."

Les origines de Martin Bashir ont-elles pu achever de convaincre Diana?

La série The Crown insinue également que les origines pakistanaises de Martin Bashir auraient achevé de convaincre Diana, qui vivait alors une love story avec un chirurgien d’origine pakistanaise.

"On est vraiment dans l'art de la fiction et de la narration propre à Netflix et au choix du scénariste Peter Morgan", analyse Maud Garmy. "Mais il n'y avait aucun lien entre les origines de ces personnes et le fait que Diana ait accordé cette interview".

L'équipe de la BBC s'est-elle vraiment introduite à Kensington sous un déguisement?

L'épisode paraît assez romanesque... On voit dans The Crown l'équipe de la BBC entrer dans le palais de Kensington en portant une combinaison aux couleurs d'une société d'électronique. "La réalité dépasse la fiction, c'est bien comme ça que ça s'est passé. L'interview a eu lieu de manière clandestine", indique Maud Garmy.

"Le journaliste, le producteur et le caméraman se sont présentés ce soir-là devant les grilles du palais en se faisant passer non pas pour une équipe de télévision, mais de réparateurs de télévisions", relate-t-elle.

"Le jour où les équipes sont venues tourner, le président de la BBC (Marmaduke Hussey, NDLR) n'était absolument pas au courant, puisque son épouse, Susan Hussey, était l'une des dames de compagnie de la reine", poursuit la journaliste. "Il ne fallait surtout pas que quelqu'un au sein de la BBC puisse laisser fuiter l'information."

Lord Hussey était en effet farouchement opposé à cette interview, estimant que ce n'était pas le rôle de la BBC, comme il l'a d'ailleurs déclaré dans ses mémoires. "Peut-être que le secret était une condition pour réaliser ce programme", a-t-il écrit. "Mais je ne pense pas non plus que la BBC aurait dû se mettre dans une position impliquant les problèmes privés de la famille royale. Ce n'est pas la vocation de la BBC."

L'interview de Diana est-elle à ce point explosive?

Dans The Crown, la date choisie pour enregistrer cette interview explosive est révélatrice. Il s'agit de "Guy Fawkes Night", l'anniversaire de la "conspiration des poudres" le 5 novembre 1605, un événement célébré chaque année au Royaume-Uni. "C'est une date qui n'était pas choisie au hasard", confirme Maud Garmy, puisque ce 5 novembre, c'est le jour anniversaire de ce fameux complot, qui visait à faire sauter le Parlement".

Explosive, l'interview l'est vraiment, et inédite dans l'histoire de la monarchie britannique.

"C'est la première fois qu'on a des confessions aussi intimes et aussi incendiaires de la part d'un membre de la famille royale", souligne la journaliste.

"Charles a lui-même donné une interview un peu plus tôt, mais jamais on était allé à ce point dans le détail. Là on fait vraiment face à un grand déballage intime".

De l'entretien ressort une phrase choc - "Nous étions trois dans ce mariage", dans laquelle Diana évoque les infidélités de son mari. Mais au-delà, "il y a aussi toutes les confessions personnelles (de la princesse) à propos de sa dépression, à propos du fait qu'elle s'automutilait à l'époque", ajoute Maud GarmY. "Elle confie aussi sa boulimie, ses problèmes de cœur, son aventure avec James Hewitt (la rumeur lui a longtemps attribué la paternité du prince Harry, NDLR)... Ça va très très loin, c'est une cascade de révélations."

Article original publié sur BFMTV.com