Publicité

PSG, OM… les clubs français enfin heureux avec l’arbitrage en Coupe d'Europe ?

Sur une saison, ça s’équilibre. L’adage au sujet de l’arbitrage est-il en train de s’appliquer aux clubs français engagés en Coupe d’Europe? Comme les décisions arbitrales ne sont pas une science exacte, il est impossible de répondre à cette question. Mais le bilan de la semaine française en Europe illustre des situations plutôt heureuses pour certains de ses représentants.

Riolo: "Le PSG est l’équipe qui se fait le plus avoir en Ligue des champions ces dix dernières années"

Le penalty accordé au PSG dans les arrêts de jeu du match face à Newcastle (1-1) a fait couler beaucoup d’encre. Les Anglais ont regretté le choix de sanctionner la main involontaire de Tino Livramento au bout du temps additionnel, un ancien arbitre international affirmant même que cette décision allait à l’encontre des directives UEFA… qui n’a aucun pouvoir sur les règles du jeu. Il existait tout de même une sorte de consensus final pour juger la sanction sévère pour Newcastle et plutôt heureuse pour Paris.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Même Daniel Riolo, éditorialiste sur RMC Sport, l’a reconnu tout en s’offusquant de la polémique suscitée par ce fait de jeu chez les rivaux espagnols et anglais. "Le PSG est l’équipe qui se fait le plus avoir en Ligue des champions ces dix dernières années", a-t-il fulminé dans l’After. "Là, ils croquent un malheureux penalty alors qu’il y en a un dix minutes avant … OK, il n’y était pas, bien sûr qu’il n’y était pas, on est honnête, on le dit. Mais ça va deux secondes! Ils vont tous débarquer les Espagnols, les Anglais… pour nous donner la leçon?"

Paris, plutôt traumatisé par les décisions arbitrales ces dernières années en Ligue des champions, aurait aussi pu crier au scandale sur le penalty non sifflé pour une charge sur Hakimi lors de cette même rencontre. D’autant que l’équipe de Luis Enrique avait plutôt subi des choix litigieux à l’aller en Angleterre (défaite 4-1) avec un but validé malgré une main préalable de Jamaal Lascelles et un carton rouge oublié pour Bruno Guimaraes pour un coup de coude sur Manuel Ugarte.

L’OM s’en aussi sorti face à l’Ajax (4-3), jeudi en Ligue Europa, sur des décisions arbitrales dénoncées par les adversaires. Les deux penaltys transformés par Pierre-Emerick Aubameyang ont été jugés "douteux" par l’entraîneur John van't Schip. Steven Berghuis, exclu pour un vilain tacle sur Joaquin Correa, a lui estimé son carton rouge "étonnant" en poussant la mauvaise foi assez loin. Les coéquipiers de Pierre-Emerick Aubameyang ne se plaindront pas de ces circonstances après avoir difficilement digéré des faits contraires en Europe cette saison.

L’OM s’était particulièrement senti lésé lors de la double confrontation face au Panathinaïkos (1-0, 2-1) au troisième tour de qualification à la Ligue des champions. Le club avait même écrit à l’UEFA pour faire part de son incompréhension. La réception de Brighton (2-2) quelques semaines plus tard en Ligue Europa avec un carton rouge oublié pour Tariq Lamptey... qui s’était mué en passeur décisif dans le temps additionnel.

Ces faits de jeu en faveur des clubs français s’inscrivent dans une dynamique sportive vertueuse avec déjà trois qualifiés pour les barrages de Ligue Europa et de Conférence League et un quatrième en ballotage favorable (Toulouse). Mais cette semaine heureuse n’est pas une vérité établie. La domination, le contexte du match, l’endroit où il se joue sont autant de critères qui peuvent influer sur les décisions. En déplacement lors de la dernière journée, Paris (à Dortmund) et Marseille (à Brighton) pourraient peut-être s'en rendre lors de la prochaine semaine européenne.

Article original publié sur RMC Sport