Publicité

Paris 2024: "On est prêt pour accueillir les Jeux", assure le maire de Lacanau sur l'épreuve de surf

Laurent Peyrondet, est-ce que Lacanau se tient prêt en cas d’échec du site de Teahupoo à Tahiti ? 

On est prêts. On ne va pas souhaiter de mal aux Polynésiens mais en toute humilité, depuis 1 an et demi, on a activé une cellule de veille. Il y avait déjà des soucis à Tahiti l’été dernier. Ces derniers jours, vu que le président polynésien a suspendu les travaux et que beaucoup de questions se posent, on a activité notre réseau, on a remis en place tout le comité de pilotage et on a travaillé depuis quelques jours sur un courrier que nous avons envoyé au président du COJO Tony Estanguet.

Il ne promet "aucune empreinte environnementale négative"

Avez-vous eu une réponse à ce courrier ? 

Non, mais c’est normal. Ce sont les autorités, le ministère et le président polynésien qui doivent être en discussion pour trouver une solution pour maintenir les Jeux à Tahiti. Ils prendront une décision sûrement très vite pour laisser la possibilité de désigner un autre site en métropole si c’est le cas pour préparer les Jeux, mais le chronomètre tourne et il va falloir répondre vite.

Est-ce possible d’organiser des Jeux en sept mois ? 

Ça ne coûtera surtout pas trop cher. Nous, on se pose sur le site, on n’a rien à construire pour les Jeux. Tous les équipements vont venir se poser comme pour le Lacanau Pro sur le front de mer avec aucune empreinte environnementale négative. Et puis à la fin de la compétition, on démonte et on repart. Cette manière de faire a fait ses preuves depuis plusieurs années, il y a des chartes qui accompagnent nos évènements. On sait organiser ce type d’évènements. Le volet environnemental était très fort sur notre candidature, on a beaucoup de travail à faire sur tout ce qui est transport et mobilité mais tout était dans le cahier des charges. Quand les inspecteurs du COJO sont venus nous visiter il y a 3 ans, on cochait toutes les cases. Ils nous ont dit: "On a au moins trouvé un site". Teahupoo a été ensuite désigné. Bien sûr qu’on a été déçu mais on est resté en veille. Le surf, c’est notre ADN et notre manière de développer économiquement cette belle ville.

Avoir les Jeux à Lacanau, ce serait incroyable… 

Ce serait bien sûr incroyable. On a travaillé pour ça. C’est aussi incroyable en France de ne plus avoir une grande compétition de surf avec les 40 meilleurs mondiaux. Avoir les JO, ça permettrait de recréer une dynamique pour ce type de compétition. Avoir les Jeux, ce serait être, à vie, site olympique et ce serait incroyable pour Lacanau.

Article original publié sur RMC Sport