Publicité

JO 2024: pas de plan B envisagé pour le surf, une tour construite sur la plage?

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. Un test organisé par le gouvernement polynésien vendredi dernier avec des élus et des journalistes invités. Une barge devait acheminer le matériel qui devait servir à construire la future tour des juges sur laquelle seront notés les meilleurs surfeurs et surfeuses de la planète pour les Jeux olympiques de 2024. Sauf que cette barge s’est échouée sur le récif, arrachant un morceau de celui-ci. Les défenseurs de l’environnement et du site de Teahupoo sont immédiatement montés au créneau. Même le président polynésien Moethai Brotherson s’est dit inquiet pour la bonne tenue des épreuves.

S’il ne s’agissait pas d’un "test event" et si aucun membre du comité d’organisation des Jeux n’était présent lors de cet essai, de nombreuses questions refont surface sur la possibilité d’organiser cette épreuve à Tahiti. Pour le moment Paris 2024 n’envisage de basculer les épreuves de surf. Aucun plan B n’est envisagé. Les différents villes candidates à l’époque du choix de Tahiti (Biarritz, Lacanau, La Torche dans le Finistère) n’ont pas été sondées et ce n’est pas à l’ordre du jour.

Une tour construite sur la plage pour préserver les coraux?

La tour des juges devait avoir ses fondations dans le corail. Sa taille et son financement important (plus de 4 millions d’euros) sont la cible de nombreuses critiques de la part d’associations, de surfeurs locaux voire même de certains élus. Plusieurs solutions sont actuellement envisagées par Paris 2024 et le gouvernement polynésien pour ne pas compromettre la bonne tenue de ces épreuves, qui seront un moment marquant des Jeux.

La construction d’une tour sur la plage est notamment à l’étude. Cela permettrait de ne plus avoir de fondations qui abimeraient les coraux. Pour noter les surfeurs, les juges seraient assistés par de nombreuses caméras et drones afin de pouvoir avoir le plus de données possibles malgré la distance avec les sportifs. D’autres solutions sont à l’étude. Rapatrier le surf sur le continent aurait également un impact sur le secteur sportif.

Un impact sportif pour l’équipe de France

"C’est comme si on disait à un tennisman qu’au lieu de jouer Roland-Garros sur terre, il va se retrouver à Wimbledon sur herbe, nous confie une source. Les vagues sont totalement différentes. Du coup, notre préparation serait totalement différente. Et ce ne serait pas bénéfique pour notre équipe de France. Tahiti, c’est une vague magnifique mais dangereuse. Elle fait très peur, beaucoup de surfeurs ont peur de s’engager mais les nôtres la connaissent par cœur".

À Tahiti, la France peut rêver d’une médaille. Sur le continent les conditions avantageraient énormément les États-Unis, le Brésil ou l’Australie. Alors que les travaux devaient débuter lundi dernier et que les tests sont interrompus, Paris 2024 va devoir rapidement trouver une solution qui contentent les différentes parties pour surfer une des plus belles vagues du monde pour ces Jeux olympiques.

Article original publié sur RMC Sport