Publicité

Coupe du monde de rugby: la France a fait un rapport sur l'arbitrage du quart de finale à World Rugby

La France ne décolère toujours pas. Six jours après le quart de finale de Coupe du monde perdu face à l'Afrique du Sud d'un petit point (28-29), la prestation de l'arbitre Ben O'Keeffe continue de faire couler beaucoup d'encre. Alors que des superviseurs de World Rugby auraient repéré cinq erreurs majeures d’arbitrage, dont trois en défaveur des Bleus, Florian Grill a confirmé au micro de RMC que la France avait envoyé un rapport sur l'arbitrage du match face aux Springboks.

"Bien sûr il y a des constats à tirer sur ce match, parce qu'il y a toujours des constats à tirer sur un match. Bien sûr, on a fait un rapport s'agissant de l'arbitrage. Pas une réclamation parce que de toute façon le match ne va pas être rejoué. Bien sûr on a discuté assez fermement avec World Rugby parce que sur la vingtaine de commissions qu'on a au sein de World Rugby, il y avait finalement un ou deux Français à peine impliqués. On a besoin d'investir et de peser dans l'organisation World Rugby."

>> Suivez l'actualité de la Coupe du monde de rugby en direct

"L'arbitre est faillible"

S'il maintient qu'il ne dira jamais "un mot sur l'arbitrage", Florian Grill veut "préserver tous les arbitres". "Ça ne m'empêche pas de demander aux équipes de France d'envoyer un rapport complet sur l'arbitrage parce qu'il faut toujours progresser. Il faut toujours dire ce qui va et ce qui ne va pas le cas échéant. L'arbitre, il est faillible, comme un joueur est faillible."

Malgré la claque reçue et cette élimination précoce dans "son" Mondial, le XV de France veut tourner la page, "reconnaître la défaite, l'accepter et se préparer pour 2027", année de la prochaine Coupe du monde en Australie, car il ne faut pas "ressasser le passé" mais "préparer l'avenir" selon Florian Grill. Un avenir qui s'écrit avec Fabien Galthié comme capitaine du navire bleu.

"Il y a un devoir de mémoire et ne pas oublier les quatre années passées, les 80% de victoires pour cette équipe de France, les quatre années magnifiques qu'ils nous ont offertes", a poursuivi le président de la FFR. "Ce n'est pas une défaite à un point qui soudainement nécessiterait qu'on change tout, qu'on casse tout. On ne casse pas des choses qui fonctionnent, on ne casse pas des choses qui marchent. C'est un guerrier Fabien. C'est quelqu'un qui est déjà en train de se projeter sur l'étape d'après, déjà en train de penser à ce qu'on peut améliorer parce que c'est un perfectionniste. C'est quelqu'un qui a prouvé pendant cette Coupe du monde une dimension humaine exceptionnelle parce que le groupe est resté soudé."

Article original publié sur RMC Sport