Sept à Huit : "Tu joues avec ta santé", "Les réseaux sociaux sont des outils nocifs", "Les ravages de la culture du vide", "Arrêtez de vouloir le c*l des Kardashian" : un reportage sur le chirurgien des stars scandalise les internautes

Ce dimanche 22 mai, un reportage sur la star du bistouri dans Sept à Huit a scandalisé les internautes.
Capture écran TF1
Ce dimanche 22 mai, un reportage sur la star du bistouri dans Sept à Huit a scandalisé les internautes. Capture écran TF1

"Sept à Huit" était de retour sur TF1, ce dimanche 22 mai. Un des reportages du jour était centré sur le chirurgien esthétique des stars, Benjamin Azoulay, et ses accusatrices. En découvrant ces images, des internautes ont été scandalisés par ces excès de la chirurgie esthétique.

Ce dimanche 22 mai, Harry Roselmack était aux commandes d'un nouveau numéro de "Sept à Huit". Au programme de cette soirée : voyage vers le futur, la star du bistouri et ses accusatrices, ainsi que les extravagances des chiens rois. Pour clôturer l'émission, les équipes de TF1 ont consacré leur portrait de la semaine à Caroline Darian. Cependant, c'est bien le sujet sur les stars de la télé-réalité et la chirurgie esthétique qui a déchaîné les passions. Depuis quelques mois, le chirurgien des stars, Benjamin Azoulay, se retrouve en pleine tourmente.

Découvrez le portrait d'Harry Roselmack :

Certaines de ses patientes ont failli mourir à cause d'injections réalisées dans les fesses. Luna Skye, une candidate de télé-réalité, a dénoncé les pratiques jugées "illégales" et "inconscientes" de ce chirurgien des stars. D'après ses propos, ce dernier l'aurait "opérée" à Dubaï, sur le lit d'une de ses amies, Maeva Ghennam. Aucun protocole, ni même consigne d'hygiène n'auraient été respectés, surtout que Benjamin Azoulay n'a pas le droit d'opérer à Dubaï. Quelques mois après cette augmentation des fesses, où le chirurgien lui aurait injecté 36 seringues dans chaque fesse, la jeune femme a été hospitalisée en urgence, souffrant d'une septicémie engendrée par une infection. Au cours de ce reportage, les équipes de TF1 ont recueilli d'autres témoignages de victimes et d'anciens collègues de la star du bistouri, qui expliqueraient que ce dernier aurait même été sous l'emprise de cocaïne au moment d'opérer...

"Aimez-vous"

Face à ces accusations, Benjamin Azoulay a pris la parole dans "Sept à Huit" afin de se défendre. Il a nié en bloc être responsable et a démenti avoir opéré Luna Skye à Dubaï. Par ailleurs, concernant les "ratés", il a affirmé que c'était bel et bien les risques des opérations. En découvrant ce reportage sur les excès et les ratés de la chirurgie esthétique, les téléspectateurs ont été scandalisés. Pour des internautes, il n'y a rien de mieux que de rester naturel. Pour d'autres, c'est l'incompréhension totale... Pourquoi s'infliger de telles "séquelles" alors qu'il y a déjà suffisamment de risques lors d'une opération "indispensable" ?

"Tellement facile de sortir du cash pour être belle"

Des Twittos ont déploré le comportement de ces jeunes filles issues de la télé-réalité. Et certains n'ont pas hésité à rappeler qu'il y avait d'autres solutions. Pour avoir des fesses plus rebondies, il n'y a pas besoin de passer par la case chirurgie esthétique. Il y a le sport, qui certes prend du temps, mais ne comporte aucun danger. Néanmoins, selon eux, ces femmes "veulent tout, tout de suite".

L'impact des réseaux sociaux

Pour de nombreux internautes, toutes ces femmes accros à la chirurgie esthétique se "ressemblent". Un grand nombre d'abonnés de Twitter pointent du doigt les réseaux sociaux, qui pour eux, sont devenus un véritable fléau. Ils les qualifient "d'outils nocifs", qui renvoient une mauvaise image de la femme.

"Tu sais plus ou moins ce que tu risques"

Même si de nombreux internautes condamnent le comportement de Benjamin Azoulay, et sont attristés par la souffrance de ces victimes, pour certains, ces jeunes femmes ont également leur part de responsabilité. Leur "inconscience" a notamment fait halluciner des Twittos. Aucune opération ne peut être sans risque.

Les réseaux sociaux poussent les jeunes à se sentir mal dans leur peau. Le reflet de la perfection est faussé à cause de tous ces filtres et ces retouches. Si seulement on arrêtait tout ce "body shaming" afin de prôner le "body positif", il y aurait moins d'abus et moins d'excès.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles