Publicité

"La Russie devra répondre de ses crimes": la France condamne le bombardement qui a tué deux humanitaires français en Ukraine

Paris répond. Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, a réagi ce vendredi 2 février à la mort de deux humanitaires français tués hier dans un bombardement en Ukraine. "La Russie devra répondre de ses crimes", a-t-il écrit.

"La barbarie russe a visé des civils en Ukraine. Deux humanitaires français ont payé leur engagement auprès des Ukrainiens de leur vie. Trois sont blessés. Mes pensées vont vers eux et leurs proches. La France se tient à leurs côtés. La Russie devra répondre de ses crimes", a-t-il écrit dans ce message envoyé en milieu de matinée.

Quelques minutes plus tard, sur le même réseau social, c'est le président de la République en personne qui a réagi à cette double disparition et pointé un "acte lâche et indigne."

"Deux humanitaires français ont été tués en Ukraine par une frappe russe. Acte lâche et indigne. Je pense à leurs proches et camarades blessés. Ma solidarité va à tous les bénévoles qui s’engagent pour aider les populations", a écrit Emmanuel Macron.

Trois blessés

Jeudi, le gouverneur de l'oblast de Kherson, en Ukraine, a annoncé ce jeudi 1er février que les deux humanitaires français ont été tués dans le sud du pays, à Beryslav.

"Des volontaires étrangers ont été tués et blessés à la suite d'une frappe ennemie sur Beryslav", a indiqué Oleksandr Prokoudine sur Telegram, relayé par le Kiyv Independent.

Selon cette même source, trois autres humanitaires étrangers ont été blessés. "Parmi les blessés, figure également un militant de la représentation ukrainienne de l'organisation", a-t-il ajouté.

Depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022, la région de Kherson est très disputée par les deux armées. Les troupes russes contrôlent les zones se trouvant au sud du fleuve Dniepr, après leur retrait l'année dernière de la ville de Kherson, la capitale régionale, régulièrement visée par des bombardements.

Article original publié sur BFMTV.com