Publicité

OM: comment Jean-Louis Gasset, auteur de débuts parfaits, s'est retrouvé sur le banc marseillais

Trois buts, puis quatre, puis cinq: sur les trois derniers matchs, le nombre de buts inscrits par l'OM est en croissance, à mesure que s'enchaînent les victoires. Le départ de Gennaro Gattuso, en pleine crise de résultats, semble déjà loin et pourtant, la décision de mettre fin à son aventure ne date que du 20 février. Mais en trois matchs sur le banc olympien, Jean-Louis Gasset a déjà su impulser un nouveau souffle. Ce samedi soir encore, contre Clermont, l’OM a surclassé son adversaire avec une large victoire 5-1.

Gasset, la bonne idée de Benatia

Loin des tensions avec certains supporteurs qui avaient entraîné le départ de plusieurs dirigeants et de l'entraîneur Marcelino en début de saison, Marseille a retrouvé dernièrement du calme et des résultats. Officialisé en novembre, le conseiller sportif Medhi Benatia prend de plus en plus ses marques. L'ancien joueur de la Juventus était d'ailleurs à la manœuvre pour faire venir Jean-Louis Gasset, voyant que l'aventure avec Gennaro Gattuso ne prenait pas la bonne direction. Après le match aller contre le Shakhtar en Ligue Europa (2-2) puis la défaite à Brest en supériorité numérique (1-0), Pablo Longoria souhaitait entamer une réflexion autour de profils de coachs français ayant une bonne connaissance de la Ligue 1 et une solide expérience.

C'est dans cette perspective que Benatia a songé à Jean-Louis Gasset. Ce dernier venait de voir son aventure à la tête de la sélection ivoirienne s'arrêter brutalement et pouvait apporter un management apaisant au sein d'un groupe qui ne manquait déjà pas de talent. En interne, le profil de Philippe Montanier a aussi été évoqué puis rapidement écarté. Les dirigeants sont assez vite tombés d'accord sur le profil de l'ancien adjoint de Laurent Blanc. L’intérêt et les démarches des dirigeants olympiens ont été appréciés par Gasset et son entourage. Avant de dire oui, le coach souhaitait juste, par respect, que l'OM acte clairement les choses concernant Gennaro Gattuso. Respectueux des institutions et de ses collaborateurs, Pablo Longoria s'est d’abord entretenu avec Gattuso au lendemain de la défaite contre Brest. C’est suite à cet échange qu’il a ensuite acté le changement d’entraîneur. Longoria s'est tourné alors vers Jean-Louis Gasset pour finaliser l’opération avec ses équipes.

Un choix payant. Même si certains observateurs extérieurs au club se sont d'abord interrogés sur son âge, l'entraîneur, épaulé par son adjoint Ghislain Printant, a vite répondu aux doutes. Les profils nécessaires étaient là, il manquait sans doute de la cohérence dans la mise en œuvre d'un plan de jeu et de la sérénité dans les têtes, avec des choix simples, clairs, des joueurs à leurs postes, sans expérimentation superflue. Tout ce qu'apporte, pour l'heure, Jean-Louis Gasset.

Des nouveaux qui marquent des points

Les sourires sont revenus sur les visages des joueurs phocéens, à l'instar de ceux aperçus lors des scènes de joie qui se sont enchaînées à Clermont samedi soir. Il y a quelques semaines encore, les choses auraient pu mal tourner au moment de l'égalisation de l'ancien minot Bilal Boutobba. Mais signe de la sérénité apportée par le nouveau coach, les Marseillais n'ont jamais paniqué.

Autre point positif: l’apport des recrues hivernales. Depuis leur arrivée cet hiver, elles donnent satisfaction. A l'image d'un Quentin Merlin. Le Nantais, venu pallier le départ du Brésilien Renan Lodi en Arabie saoudite (vendu pour 25 millions d’euros bonus inclus à Al Hilal), est devenu un vrai titulaire dans l'esprit de Gasset. Et si certains supporteurs avaient là aussi émis quelques doutes quant aux capacités du joueur à se fondre dans le collectif marseillais, celui-ci répond parfaitement sur le terrain.

L'autre bonne pioche de janvier se nomme Faris Moumbagna: lui n'est pas encore installé comme titulaire indiscutable, mais son profil, ses capacités physiques et son sens du but sont utiles en sortie de banc et peuvent ouvrir des perspectives à moyen terme. Contre Clermont, son entrée a été marquante, avec un but, une passe décisive et une activité constante. Des résultats qui viennent valider la stratégie des dirigeants olympiens. Il reste maintenant quelques mois pour un double défi: prolonger le parcours de l'OM en Ligue Europa le plus longtemps possible (Gasset devra composer avec un groupe réduit sans Onana, Gueye et Rongier), tout en rapprochant le club du top 5 en Ligue 1. Si l'OM poursuit sur sa lancée, tout est possible.

Article original publié sur RMC Sport