Publicité

Nouveau "machin" ou "grande avancée"? Emmanuel Macron lance son "Conseil présidentiel de la science"

Des dizaines de scientifiques et de patrons de start-up réunis ce jeudi dans la salle des fêtes de l'Élysée. Emmanuel Macron met les petits plats dans les grands pour lancer le Conseil présidentiel de la science.

Ce nouvel organe de réflexion compte des noms aussi prestigieux que celui du prix Nobel d'économie Jean Tirole en 2014, le mathématicien Hugo Duminil-Copin, médaille Fields en 2022, l'une des plus prestigieuses distinctions ou encore l'écologue Sandra Lavorel, médaille d'or du CNRS en 2023.

"S'appuyer sur la science pour éclairer les grandes décisions de notre temps"

En tout, onze chercheurs d'excellence dans des domaines aussi variés que la physique, l'oncologie, la microbiologie ou encore la philosophie seront réunis dans cette instance.

Cet organe devrait "poser les bases de la stratégie de recherche de la France dans les prochaines années", comme l'explique l'entourage du président.

"On va pouvoir s'appuyer sur la science pour pouvoir éclairer les grandes décisions de notre temps", décrypte la députée Renaissance Elsa Givernet, membre de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), qui y voit "une grande avancée".

"Les sciences au cœur du projet d'émancipation"

Directement inspirée du "President's Council of Advisors on Science and Technology", chargé d'aviser le président des États-Unis des avancées scientifiques, la manœuvre a également l'avantage de continuer la séquence sur les savoirs lancée mardi par Gabriel Attal.

Le ministre de l'Éducation nationale a dévoilé un vaste plan pour le collège et le lycée, sous l'œil vigilant du président, portant notamment sur la hausse du niveau des élèves en mathématiques.

"On continue de rappeler que ce sont les sciences qui sont au cœur du projet d'émancipation de la jeunesse mais aussi de tout le pays", décrypte ainsi un conseiller ministériel.

"Il ne faut pas que ça devienne un machin supplémentaire"

D'autres se montrent plus dubitatifs sur le Conseil présidentiel de la science alors qu'Emmanuel Macron a multiplié ce type de dispositif ces dernières années, du Haut conseil pour le climat au Conseil pour la planification écologique en passant par le Conseil national de la refondation et bien sûr le Conseil scientifique pendant le Covid-19, avec des succès aléatoires.

"Il ne faut pas que ça devienne un machin supplémentaire. On a vu des comités Théodule qui ne se réunissent jamais ou au contraire des scientifiques qui prennent parfois le pas sur le politique", tance le sénateur LR Stéphane Piednoir, professeur de mathématiques et président de l'OPESCT.

Des tensions entre Macron et les scientifiques

Le lancement du Conseil présidentiel de la science a aussi pour but de réchauffer les relations avec les scientifiques. Si le président a multiplié ces dernières années les gestes vis-à-vis de la recherche via le plan France 2030 qui mise sur "les secteurs d'avenir", des investissements dans les super-calculateurs ou encore 500 millions d'euros pour l'intelligence artificielle, les relations avec le monde de la recherche restent plutôt distantes.

Des difficultés de l'université aux manques de contrats pour les chercheurs français, la relation n'a pas toujours été au beau fixe avec les scientifiques. Certains d'entre eux n'ont pas non plus digéré qu'en pleine allocution aux Français en décembre dernier, le président se demande "qui aurait pu prévoir la crise climatique", en dépit des nombreuses alertes de travaux de climatologues depuis des années.

La méthode semble d'ailleurs laisser dubitatif certais scientifiques. Plusieurs membres du collège des sociétés savantes auraient plutôt espéré la création de postes de conseillers scientifiques dans chaque ministère pour jouer le rôle "d'ambassadeurs des sciences", comme ils l'expliquent dans une tribune au Monde.

Emmanuel Macron va pouvoir s'atteler à les convaincre dans les prochains jours. Lundi, le président se rendra à Toulouse pour parler recherche et innovation avec des bénéficiaires du programme France 2030.

Article original publié sur BFMTV.com