L'équipe chinoise féminine de volley porte des masques pendant un match

Ted ALJIBE / AFP

Lors de la rencontre entre les volleyeuses chinoises et iraniennes, actuellement engagées en Coupe d'Asie aux Philippines, les joueuses de l'Empire du Milieu ont joué avec un masque anti-covid.

La Fédération chinoise de volley-ball s'est excusée vendredi pour ne pas avoir demandé aux membres de son équipe féminine, actuellement engagées en Coupe d'Asie aux Philippines, d'enlever leurs masques durant un match contre l'Iran. Les joueuses chinoises, vêtues de rouge et équipés de masques faciaux blancs, affrontaient les Iraniennes en maillots, pantalons et hijabs noirs. Une scène inhabituelle qui avait surpris de nombreux internautes en Chine. L'équipe de Chine, l'une des meilleures au monde, a remporté jeudi le match 3-1 à Pasig aux Philippines, où se déroule la compétition, décrochant la première place de son groupe. Juste avant la fin du premier set, qu'elles ont perdu, certaines joueuses ont commencé à retirer leurs masques, imitées progressivement par l'ensemble de leurs coéquipières, a constaté un journaliste de l'AFP.

De nombreux internautes chinois avaient manifesté leur inquiétude pour la santé des sportives. "Je pensais que c'était une blague en voyant ça. Je n'imaginais pas qu'elles avaient vraiment joué avec leurs masques!", a écrit un utilisateur du réseau social chinois Weibo, au diapason de la tonalité générale des commentaires.

Le staff a fait porter des masques aux joueuses à leur entrée dans le stade

La Chine est l'un des rares pays à continuer d'appliquer une stricte politique sanitaire face au Covid-19, avec des confinements localisés, des restrictions aux déplacements, des tests PCR quasi-obligatoires et le port du masque recommandé voire imposé. En réponse à la polémique naissante, la Fédération chinoise de volley-ball, dans un message publié sur son compte Weibo, s'est excusée pour avoir "provoqué l'attention et l'inquiétude du grand public". Le staff a fait porter des masques aux joueuses(...)


Lire la suite sur Paris Match