Le jour où Elizabeth II a réclamé les Beatles à la Garde républicaine

Le président français François Hollande et la reine Elizabeth II participent à une cérémonie devant la tombe du soldat inconnu sous l'arc de Triomphe, le 5 juin 2014. - JACQUES BRINON © 2019 AFP
Le président français François Hollande et la reine Elizabeth II participent à une cérémonie devant la tombe du soldat inconnu sous l'arc de Triomphe, le 5 juin 2014. - JACQUES BRINON © 2019 AFP

La reine d'Angleterre était friande de rock anglais, si l'on en croit les souvenirs de François Hollande. Ce samedi matin, deux jours après la mort de la souveraine à l'âge de 96 ans, l'ancien président de la République s'est rendu avec son épouse Julie Gayet à l'ambassade du Royaume-Uni à Paris afin de signer le registre de condoléances. Il en a profité pour raconter à Reuters une anecdote amusante sur un échange avec la monarque.

C'est à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement que François Hollande, alors président, a reçu la reine d'Angleterre pendant trois jours en juin 2014. L'ancien chef de l'État se souvient d'un dîner durant lequel il a parlé avec la monarque de "son goût pour la culture française et pour les arts en général". Lorsque la conversation s'est orientée vers la musique, il a eu droit à une petite surprise:

"À un moment, la Garde républicaine jouait de la musique classique. Je lui ai dit: 'Qu'est-ce que vous souhaitez comme musique?' Et elle m'a dit: 'Est-ce que c'est possible qu'ils jouent les Beatles?' Et donc, la Garde républicaine avait joué plusieurs chansons des Beatles."

Une "grande amie de la France"

"C'était ça la reine", "cette conjugaison à la fois d'une austérité liée à son statut, mais aussi d'une familiarité et d'une élégance", a-t-il poursuivi auprès de l'AFP. L'agence rapporte qu'il a également salué "sa volonté de garder le lien entre la France et le Royaume-Uni. Et au-delà de ce qui a pu séparer - de ce qui peut toujours nous séparer comme le Brexit - elle était là pour nous montrer que le lien entre la France et le Royaume-Uni est indestructible et indéfectible." C'est d'ailleurs ce qu'il a souligné dans le mot qu'il a laissé en signant le registre:

"À la grande amie de la France qui durant tout son règne a veillé à renforcer les liens entre nos deux pays et qui a suscité chez les Françaises et les Français de toutes générations et de toutes sensibilités respect et admiration, nous exprimons notre immense reconnaissance et partageons le chagrin de la famille royale et du peuple britannique."

En sortant, l'ex-chef d'Etat français a aussi salué Charles III, proclamé roi samedi, qui, pense-t-il, "aura une autre façon de faire, mais qui a aussi une passion qui est celle de la défense de l'environnement, de l'écologie".

Article original publié sur BFMTV.com