Publicité

JO de Paris 2024: comment les organisateurs prévoient de répéter la cérémonie d'ouverture sur la Seine... sans gâcher la surprise

Les passionnés des Jeux olympiques et les téléspectateurs du monde entier attendent avec impatience la cérémonie d'ouverture des JO 2024 de Paris, le 26 juillet prochain. Invité exceptionnel du podcast RMC Paris 2024, le grand défi, Thierry Reboul a raconté comment le comité d'organisation travaille pour créer un "spectacle total" capable de ravir plus d'un milliard et demi de personnes à travers le monde. Le tout avec la volonté de ne pas voir fuiter les éléments de cette soirée tant attendue et qui prendra place sur la Seine.

"Les répétitions d’une cérémonie, au milieu d’une ville, donc au milieu de tout le monde, ce n’est pas simple quand on veut garder un peu de surprise et faire en sorte que tout le monde ne vienne pas voir la cérémonie avant la cérémonie", a ainsi expliqué le directeur exécutif des cérémonies, créations et projets spéciaux à Paris 2024. "Donc ça, c’est un casse-tête phénoménal. Cela se gère, déjà, en réfléchissant en deux temps."

Des répétitions "cachées"

La première phase du plan des organisateurs pour éviter les fuites, au-delà du fait de mettre au courant le moins de personnes possible, consiste à travailler à l'abri des regards indiscrets.

"Une première partie des répétitions se fait cachée dans des endroits hors-Paris et qui permettent de répéter purement et simplement, par exemple une chorégraphie jusqu’au moment où elle est parfaitement assimilée par un groupe de danseurs", a poursuivi Thierry Reboul. "Dans des hangars ou tout ce qu’on peut imaginer comme lieux fermés, des gymnases ou des lieux comme ça. On va avoir un endroit qui va être consacré, dans les mois qui viennent, à ça."

Répéter sur la Seine mais en brouillant les pistes

Après avoir préparé le maximum d'éléments et les chorégraphies dans des espaces fermés, le COJO de Paris 2024 prévoit aussi d'effectuer des répétitions sur l'eau. A cérémonie d'ouverture inédite, préparation inédite.

"Et puis à partir du mois de juin, alors là il y aura l’organisation d’un certain nombre de répétitions in situ durant lesquelles on va essayer bien évidement d’être utiles pour la cérémonie, mais sans doute en essayant de brouiller les pistes", a enchaîné Thierry Reboul pour le podcast RMC Paris 2024, le grand défi. "Si vous le voyez, il n’aura peut-être pas le bon costume, ça ne sera peut-être pas à l’heure à laquelle vous l’attendiez. Au même moment il se passera peut-être autre chose ailleurs et vous n’aurez pas le don d’ubiquité donc il y aura toujours des éléments de surprise. Voilà, on va essayer de jouer un peu avec tout le monde pour la bonne cause. Et la bonne cause, encore une fois, c’est que l’on garde une possibilité tous ensemble de pouvoir être émerveillés au moment et d’être surpris."

Des plans d'eau loin de la Seine?

Le directeur exécutif des cérémonies, créations et projets spéciaux à Paris 2024 a ainsi dévoilé que certaines choses seront travaillées sur d'autres plans d'eau comme des lacs, des rivières, des fleuves... Pour le responsable de l'organisation, tout est possible tant que cela apporte un plus pour la cérémonie d'ouverture du 26 juillet.

"On est toujours dans la volonté de répéter sur l’eau ce qui se passera sur l’eau. Est-ce que cela peut-être des lacs? Parfois", a finalement concédé Thierry Reboul. "Et on cherche aussi des choses qui puissent répéter le courant puisqu’un fleuve n’est pas inerte et la donnée du courant change un certain nombre de choses. On ira certainement ici ou là à des endroits inattendus pour répéter un certain nombre de choses sur des fleuves plus que sur des lacs."

Article original publié sur RMC Sport