Publicité

Guerre en Ukraine: ce que l'on sait sur l'attaque de volontaires russes pro-Kiev en Russie

Des volontaires russes combattant pour l'Ukraine ont dit s'être infiltrés en Russie ce mardi 2 mars pour mener des attaques terrestres contre des régions frontalières, que l'armée de Moscou a assuré avoir repoussées.

Ces attaques interviennent à trois jours du début de la présidentielle russe, qui doit voir triompher Vladimir Poutine, en l'absence de toute opposition.

· La légion "Liberté de la Russie" revendique la prise d'un village russe

"Nous avons traversé la frontière", a affirmé dans la matinée l'unité de volontaires russes pro-Kiev Légion Liberté de la Russie, en publiant sur Telegram une vidéo dans laquelle on peut voir trois véhicules blindés rouler dans le noir sur un chemin de campagne.

Peu après, l'unité a affirmé avoir "détruit" un blindé russe dans le village Tiotkino de la région de Koursk, située à l'est de l'Ukraine.

Vers midi, la "légion" a annoncé que le village de Tiotkino était "entièrement sous le contrôle des forces de libération russes". "L’armée de Poutine quitte rapidement le village, laissant derrière elle des positions et des armes lourdes", écrit-elle sur Telegram.

La Légion Liberté de la Russie n'en est pas à son premier coup d'éclat et avait déjà revendiqué une incursion armée en territoire russe en mai 2023.

· Le "bataillon sibérien" évoque des "combats acharnés" en Russie

Le "bataillon sibérien", une unité de combattants russes intégrés à l'armée ukrainienne, a également annoncé avoir mené une offensive en territoire russe, sans préciser où exactement.

"Comme promis, nous apportons la liberté et la justice sur notre terre russe", a annoncé l'unité sur Telegram, évoquant des "combats acharnés".

Le bataillon a également appelé les Russes à ignorer l'élection présidentielle des 15-16-17 mars. "On ne peut changer les choses pour le mieux que les armes à la main", a-t-elle indiqué, qualifiant le scrutin de fiction.

· La Russie déplore un mort et affirme avoir déjoué "une percée"

L'armée russe a déclaré avoir repoussé dans la nuit et dans la matinée de multiples attaques depuis l'Ukraine, assurant avoir empêché toute percée en territoire russe. Les forces armées "ont fait échouer une tentative du régime de Kiev d'effectuer une percée sur le territoire de la Russie dans les régions de Belgorod et Koursk", a indiqué le ministère de la Défense.

Le gouverneur russe de la région de Koursk, Roman Starovoït, a confirmé l'attaque et fait état d'un blessé léger, niant lui aussi toute "percée" des assaillants.

Les autorités ont ordonné mardi la fermeture des écoles de la ville russe de Koursk, capitale de la région éponyme. "En raison des récents évènements, j'ai décidé que les écoliers feraient leurs études à distance" jusqu'au vendredi "15 mars", a écrit sur Telegram le maire, Igor Koutsak.

Dans la région de Belgorod, un membre de la défense territoriale a été tué et dix civils blessés, a annoncé son gouverneur Viatcheslav Gladkov sur Telegram.

· Nombreuses frappes de drones ukrainiennes

Cette incursion armée survient après une importante attaque de drones ukrainiens en Russie dans la nuit de lundi à mardi. Selon les autorités russes, des drones ukrainiens ont visé notamment Orel et Kstovo, deux villes russes situées respectivement à quelque 160 km et à 800 km de la frontière ukrainienne, y incendiant des dépôts énergétiques.

Le ministère russe de la Défense a aussi affirmé avoir abattu 25 appareils ukrainiens dans la région de Moscou, de Léningrad, ainsi que dans celles de Belgorod, de Koursk et de Briansk, toutes trois frontalières de l'Ukraine.

Dans la zone industrielle de Kstovo, dans la région russe de Nijni Novgorod, une raffinerie de pétrole du géant russe Loukoïl a pris feu selon le gouverneur régional, Gleb Nikitine. L'incendie a ensuite été maîtrisé, d'après l'agence d'État Tass.

Le gouverneur de la région d'Orel, Andreï Klytchkov, a lui aussi annoncé qu'un complexe de carburant avait été attaqué et que la "situation était entièrement sous contrôle".

La Russie a par ailleurs affirmé mardi avoir capturé un village dans l'est de l'Ukraine, Nevelské, près de la ville de Donetsk déjà sous son contrôle.

Article original publié sur BFMTV.com