Coronavirus : guéri du Covid-19, le chef des urgences du CHRU de Tours reprend son poste

·3 min de lecture
Le service des urgences du CHRU de Tours (illustration) (Photo credit : GUILLAUME SOUVANT/AFP via Getty Images)

Testé positif au coronavirus le 12 mars dernier, le professeur Denis Angoulvant a retrouvé son service après une dizaine de jours de quarantaine.

Son retour ne sera pas de trop pour combattre l’épidémie. Après avoir été testé positif au coronavirus le 12 mars dernier, le professeur Denis Angoulvant, chef de l'unité de soins intensifs et urgences cardiaques au CHRU de Tours, avait dû laisser ses collègues pour observer une période de quarantaine.

“J’ai demandé à ma famille de ne pas sortir”

“Dès le premier jour où j’ai signalé que j’avais des symptômes, on m’a demandé de rentrer chez moi, raconte le médecin au micro de France Bleu. J’ai été testé positif le lendemain et je suis resté confiné, j’ai également demandé à ma famille de ne pas sortir. C’était juste avant que le gouvernement annonce les mesures de confinement.”

“J’étais plutôt très fatigué avec des courbatures, explique le professeur Angoulvant. Le seul moyen de me soulager, ça a été de beaucoup me reposer, de prendre du paracétamol - 1 gramme toutes les 8 heures, pas plus -, de bien m’hydrater et de m’alimenter modérément.” Une recette qui a porté ses fruits, l’état du médecin s’améliorant progressivement.

“Dans l’immense majorité des cas, les gens n’auront pas de symptôme”

“Un certain nombre de mes proches, des gens de ma famille avec qui je vis, ont eu des symptômes modérés, voire pas de symptômes du tout, alors qu’ils ont probablement été contaminés, précise Denis Angoulvant. Dans l’immense majorité des cas, les gens n’auront pas de symptôme. Dans certains cas, ils auront des symptômes, le plus souvent mineurs, et dans d’autres cas, il va y avoir une forme sévère, parfois d’emblée, parfois retardée.”

“Le plus important, ce sont les troubles respiratoires, poursuit le cardiologue. C’est cela qui nous inquiète le plus, ils sont heureusement très rares.” L’intéressé n’en a lui-même pas été victime et a pu reprendre son poste ce lundi. “J’ai été accueilli avec beaucoup de sympathie et de soulagement par mon équipe, affirme-t-il. J’ai repris mon activité normale. Je porte un masque, mais de toute façon, le port du masque est obligatoire pour tous les professionnels de santé et pour tous les patients dans notre service.”

“La population peut et doit nous aider”

Au micro de la radio de service public, le professeur Denis Angoulvant a également souhaité adresser un message au grand public : “En tant que soignants, nous sommes évidemment en première ligne, mais la population peut et doit nous aider. Pour cela, elle doit absolument respecter la règle du “rester chez soi”.”

“En prenant ma voiture pour me rendre à l’hôpital, j’ai été étonné de voir le nombre de gens qui se promènent encore, le nombre de personnes, y compris âgées, qui font du vélo... Ça me gène beaucoup, confie le cardiologue. Comme le disait mon collègue François Bernard il y a quelques jours, on a déjà beaucoup de travail, et on va en avoir de plus en plus, donc s’il vous plaît n’en rajoutez pas, restez chez vous !”

TOUT SAVOIR SUR LE CORONAVIRUS
>>
Comment attrape-t-on le Covid-19 ?
>>
Pour qui le Covid-19 est-il dangereux ?
>>
Quels sont les symptômes du Covid-19 ?
>>
Pourquoi la création d'un vaccin prend autant de temps ?
>>
Pourquoi parle-t-on de "cluster" ?
>>
Comment parler du Covid-19 à ses enfants ?