Coronavirus : pourquoi parle-t-on de "cluster" ?

Maxime Poul
·1 min de lecture
En France, 61% des habitants s'inquiètent du coronavirus pour eux et leur famille selon un sondage dévoilé par Le Parisien. Un troisième cluster a été identifié dans le Morbihan.
En France, 61% des habitants s'inquiètent du coronavirus pour eux et leur famille selon un sondage dévoilé par Le Parisien. Un troisième cluster a été identifié dans le Morbihan.

Ces derniers jours, spécialistes et politiques ne cessent de parler “cluster” concernant l’épidémie de coronavirus qui touche actuellement la France. Mais que veut dire ce mot ?

Le Covid-19 inquiète toujours autant, voire plus. Apparu en Chine au cours du mois de décembre, le virus est depuis arrivé en Europe, dans un premier temps dans le nord de l’Italie, avant d’arriver en France. Ces derniers jours, plus d’une centaine de cas de coronavirus ont été recensés dans l’hexagone, où de plus en plus de “clusters” ont fait leur apparition.

Un cluster, c’est quoi ?

On parle de cluster lorsqu’il y a une survenue de cas humains groupés, limités ou localisés avec transmission interhumaine d’un virus, comme par exemple le nouveau coronavirus.

Il s’agit d’un anglicisme, puisque le mot cluster en anglais signifie grappe (de fruits) ou groupe/ communauté de personnes. Les premiers clusters, ou foyers, de coronavirus détectés en France l’ont été dans l’Oise, en particulier sur les communes de Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-Sec et Lacroix-Saint-Ouen, et en Haute Savoie, dans la commune de La Balme-de-Sillingy.

Neuf personnes ont également été testées positives dans le Morbihan, désormais troisième cluster de l’Hexagone. Comme pour l’Oise et la Haute-Savoie, les rassemblements collectifs sont interdits dans le département breton jusqu'au samedi 14 mars.

Ce contenu peut également vous intéresser :