Coronavirus : les 4 conditions à réunir pour démarrer le déconfinement

Officiellement confinés jusqu'au 15 avril, les Français devraient voir cette période rallongée de plusieurs semaines, si l'on en croit une étude réalisée par des experts américains.

Des experts américains ont proposé quatre repères pour que les villes et États américains puissent “rouvrir la nation”.

C’est l’une des questions que tout le monde se pose en ces temps de pandémie mondiale. Quand est-ce que nous pourrons reprendre une vie “normale” et sortir de chez nous sans contrainte ? Si l’on en croit plusieurs experts américains, ce n’est pas pour tout de suite.

Une étude de cinq experts américains estime qu’il faut fixer différents repères à atteindre pour que les États et les villes des États-Unis puissent éradiquer le virus. Des critères dont semblent encore loin de nombreux pays actuellement fortement touchés par le Covid-19.

Les hôpitaux ne doivent pas être débordés

Aux États-Unis, nombreux sont les États et les villes qui essaient d’augmenter au maximum leur nombre de lits, de respirateurs et même de personnel de santé afin de ne pas être surchargé dans les hôpitaux et de pouvoir prodiguer les soins nécessaires aux patients. Il s’agit de la priorité des responsables de la santé publique, qui ne veulent pas en arriver là où New York en est aujourd’hui.

Les experts expliquent dans leur rapport que les hôpitaux de l'État doivent être en mesure de traiter en toute sécurité tous les patients nécessitant une hospitalisation, sans recourir à des normes de soins de crise. Dans des pays européens comme la France, l’Espagne ou l’Italie, de nombreux hôpitaux sont encore débordés face au nombre élevé de patients hospitalisés.

Pouvoir tester tous ceux qui présentent des symptômes

Dans leurs études, les chercheurs estiment que les États-Unis doivent être en mesure d’effectuer 750 000 tests par semaine, lorsque l’on est pas au pic de l’épidémie. Ils jugent que par certains moments, le pays en aurait besoin de plus que 750 000 et que les personnes sans symptômes se trouvant dans les zones à risque doivent être surveillées. À échelle égale, en proportion du nombre d’habitants, cela signifie que la France devrait être en mesure de réaliser un peu plus de 150 000 tests par semaine lorsqu’elle n’est pas au pic de l’épidémie.

La vague épidémique doit être descendante pendant au moins 14 jours

La période d’incubation du Covid-19 pouvant durer jusqu’à deux semaines, toute infection déjà arrivée se voit au terme de cette période-là. Les scientifiques estiment donc que si le nombre de cas dans une zone diminue régulièrement pendant cette période de 14 jours, les responsables de la santé publique peuvent être sûrs que chaque personne infectée infectera en moyenne moins d'une personne.

Le nombre de cas diminuera donc de façon exponentielle, de la même manière qu’il a augmenté. En France, il faudrait donc attendre au moins deux semaines à partir du pic de l’épidémie, mais ce dernier n’est pas encore atteint, comme l’a annoncé Olivier Véran ce mardi.

L’État doit pouvoir surveiller les cas confirmés

Pour empêcher une épidémie et la contrôler, un important système de surveillance des personnes atteintes du virus doit être mis en place. Le système de santé public doit être en mesure de pouvoir déterminer avec qui cette personne a été en contact étroit, de trouver ces personnes et de les confiner jusqu'à ce que l’on soit sûr qu’elles ne soient pas infectées à leur tour.

Un système difficile à mettre en place, même si certains pays comme la Chine et la Corée du Sud n’ont pas hésité à obliger leurs populations à se géolocaliser via leur téléphone pour enrayer la propagation du virus. Christophe Castaner a de son côté assuré que l’utilisation des données de géolocalisation n’est pas envisagée en France.

NOS ARTICLES SUR LE CORONAVIRUS
>> 
Coronavirus en Afrique : quelle est la situation sur le continent ?
>> 
Les États-Unis pourront-ils se relever après la crise ?
>> 
Des idées de séries, films et docu pour voyager à domicile pendant le confinement
>> 
Quels sont les symptômes du Covid-19 ?
>> 
Pourquoi la création d'un vaccin prend autant de temps ?
>> 
La carte interactive pour suivre l'évolution du Covid-19 dans le monde

Ce contenu peut également vous intéresser :