Publicité

"C'est un fonceur": la mère de Jérôme Bayle parle de son fils devenu la figure de la mobilisation agricole

Il est devenu l'un des visages emblématiques de la contestation agricole. Jérôme Bayle, éleveur de bovins dans le Volvestre, un terroir situé au sud de Toulouse, a été de toutes les actions récentes du monde paysan local. Dès le 16 janvier, avec plusieurs autres exploitants, il s'est rendu place du Capitole, dans la ville rose, afin de faire entendre ses revendications. Quelques jours plus tard, il entamait le blocage de l'autoroute A64, toujours en cours.

"Depuis une décennie, je ne me rémunère plus. Avec le peu d'argent que je gagne, je me contente de payer mes factures d'eau, de gaz, d'électricité et d'acheter du gazole. Je m'occupe de mes 90 vaches seul, parfois avec ma mère", avait-il dit quelques jours plus tard auprès de La Tribune.

"Fonceur"

Sa mère Lucienne, 73 ans, a également pris la parole ce vendredi 26 janvier dans La Dépêche. Celle qui est chargée de s'occuper des bêtes, le temps que va durer le mouvement, décrit son quotidien. "On est forgés comme ça dans le monde agricole. On va jamais se plaindre de bosser", assure-t-elle, soulignant n'avoir "ni télé, ni smartphone", mais rester informée grâce à la radio et aux journaux.

Lucienne, qui se fait surnommer "Lulu" et qui tenait auparavant un restaurant, évoque l'épisode dramatique qui l'a poussé à venir travailler avec son fils dans la ferme de Montesquie-volvestre. "Mon mari s'est donné la mort. Il s'est tiré un coup de carabine dans la tête." Selon elle, cet événement a durablement façonné le caractère de son fils.

"C'est un fonceur qui parle direct et assume toujours ses actes. Petit, déjà, il détestait perdre. Puis les tragédies qu'il a surmontées, ont un peu plus renforcé son esprit combatif. Avec ses copains, ils vont faire plier le gouvernement", promet-elle.

"Il ira au bout"

Lucienne, qui "ne loupe aucune intervention de Jérôme", estime que le mouvement agricole actuel "est historique." "Il fallait que ces jeunes tapent un grand coup sur la table. Ils ont beaucoup plus de mal à vivre de leur métier que nous à l'époque", soutient-elle.

"J'espère vraiment qu'ils vont obtenir gain de cause et tout ça sans violence", pronostique-t-elle encore.

Sur la possibilité que cette notoriété naissante change son fils, "Lulu" balaie cette hypothèse d'un revers de manche. "Cela ne va pas lui monter à la tête. Il lutte pour la survie des paysans. Il ne pense qu'à cela. Il ira au bout", termine-t-elle.

Ce vendredi 26 janvier, Jérôme Bayle a une nouvelle fois pris la parole auprès de BFMTV, quelques heures avant la visite du Premier ministre Gabriel Attal, qui doit se rendre en Haute-Garonne avec des réponses à cette crise. "Il faut qu'il tienne ses engagements", a-t-il prévenu. Dans l'attente de cette visite ministérielle, des blocages sont toujours en cours sur différents axes routiers du pays.

Article original publié sur BFMTV.com