Publicité

CAN 2024: Renard estime qu'il ne pouvait pas "dire non" à la Côte d'Ivoire

L'espace d'une journée, la folle idée de voir Hervé Renard endosser le costume de sauveur de la Côte d'Ivoire lui a traversé l'esprit. Contacté par le patron de la fédération locale après l'éviction de Jean-Louis Gasset, le sélectionneur de l'équipe de France féminine a bien failli retourner en Afrique pour y diriger les Eléphants pour la fin de la CAN 2024 disputée à domicile. Mais après des discussions entre la fédération ivoirienne de football et la FFF, Philippe Diallo a finalement refusé la proposition de son homologue ivoirien Idriss Diallo.

"Quand vous avez le président de la Fédération, le Premier ministre du pays qui vous le demandent, je n'avais pas le droit de dire non", a expliqué le sélectionneur tricolore dans un entretien accordé au journal L'Équipe. "[...] Il était hors de question que je dise non si ça avait été possible. Mais toujours avec cette ligne rouge: rester avec les Bleues."

>> Toutes les infos sur la CAN 2024

Renard nie un quelconque "manque de respect" pour les Bleues

Amoureux du football africain où il a déjà gagné la CAN à deux reprises avec la Zambie (2012) et avec la Côte d'Ivoire (2015), Hervé Renard aurait visiblement bien aimé pouvoir relever l'immense challenge qui lui a été offert cette semaine par les Eléphants. Qualifié de justesse pour les huitièmes, le pays hôte du tournoi continental est opposé au Sénégal. Mais Hervé Renard ne sera pas l'homme pour le relever. Critiqué par certains, comme l'ancienne joueuse Elise Bussaglia, pour cette envie d'une pige d'exception, le technicien est resté droit dans ses bottes.

"Ce serait ça un manque de respect? Depuis le début, tout était limpide", s'est encore défendu le sélectionneur des Bleues auprès du quotidien. "Ce n'était pas l'un ou l'autre. Et si on accepte, je le fais, sinon on passe à autre chose."

Renard ne jugeait pas "incompatible" la double casquette

Toujours aussi impliqué, selon ses mots, à l'idée d'une aventure express sur le banc de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard a confirmé avoir reçu des messages de la part de joueuses de l'équipe de France inquiètes à l'idée de son départ. Comme il l'a fait après d'elles, l'entraîneur national a clairement défendu sa position.

Il ne serait pas parti comme ça à quelques mois des Jeux olympiques de Paris et se dit même "très attaché" aux Bleues S'il ne prolongera pas son contrat au-delà des JO 2024, comme RMC Sport l'a expliqué ce jeudi, il reste motivé pour aller chercher la médaille d'or. Mais cette pige avec les Eléphants, Hervé Renard semble la regretter un peu.

"Je ne vois pas en quoi ça aurait été incompatible de faire les deux. Pas grave", a conclu le sélectionneur tricolore. "C'était le destin." Faute de voir Hervé Renard venir jouer les pompiers de services, un trio d'ex-internationaux mené par Emerse Faé dirigera la Côte d'Ivoire, lundi prochain, face au Sénégal. Et peut-être au-delà en cas d'exploit.

Article original publié sur RMC Sport