Publicité

Arbitrage: ce qu'il s'est dit lors de la réunion entre Diallo et des représentants de clubs de Ligue 1

Après le licenciement de Stéphane Lannoy, directeur technique de l'arbitrage délégué au secteur professionnel, il y a quelques jours, le président de la Fédération française de football (FFF) Philippe Diallo recevait ce mercredi des dirigeants de Ligue 1 pour une réunion de crise sur l'arbitrage français.

Celle-ci a duré 1h30 au siège de la FFF. Autour de la table : Philippe Diallo, donc, mais aussi Jean-Pierre Rivère (Nice), Jean-Pierre Caillot (Reims), Laurent Nicollin (Montpellier) et Olivier Létang (Lille). Le climat a été jugé positif et l'échange, utile.

Les clubs veulent des changements à l'intersaison

Même s’ils avaient demandé publiquement la démission d’Antony Gautier, le directeur technique de l'arbitrage, les dirigeants ont acté qu’ils ne l’obtiendront pas. Ils comprennent la demande fédérale de ne pas faire d’ingérence sur l’arbitrage mais les professionnels attendent des changements. Ils prennent acte aussi, vu le timing, que l’intérim sera assuré par Gautier jusqu’à la fin de saison. Mais ils espèrent des changements à l’intersaison et l’ont clairement dit à Diallo.

Pour eux, ce n’est pas un problème de personne mais d’organisation. Ils ne comprennent pas notamment pourquoi il y a une direction technique de l'arbitrage (DTA) au-dessus des 3 DTA déléguées (pro, féminines, amateur). Ils veulent que les recommandations du rapport Laurent, qui s’était penché sur l’arbitrage français, soient appliquées, notamment en ce qui concerne les responsabilités et pouvoirs de la commission fédérale de l’arbitrage qui a le dernier mot sur la désignation des arbitres - même si la DTA fait ses recommandations.

"On est là pour changer ce qui ne fonctionne pas", défend Caillot

"Nous ne sommes pas là pour faire des propositions, il y a ce rapport Laurent qui dit tout", a expliqué à RMC Sport Jean-Pierre Caillot, également représentant des clubs de Ligue 1 au sein du Conseil d'administration de la LFP. "La seule chose qu'on a dit au président de la FFF, c'est d'appliquer ce qui est écrit. C'était un débat positif, avec mise en place très rapide de groupes de travail parce que si on laisse les choses en l'état, elles ont tendance à aller sous le tapis. Le président Diallo a bien compris que c'était un élement important pour sa fonction et que pour nous, c'est un dossier sur lequel, en mettant 17 millions d'euros sur la table, on n'avait pas du tout l'intention que les choses restent en l'état (...) On est là pour changer ce qui ne fonctionne pas."
Les professionnels devraient rencontrer dans deux semaines Antony Gautier et Eric Borghini (président de la commission fédérale de l'arbitrage).

Article original publié sur RMC Sport