Après les émeutes, Lula est convaincu que le Brésil, militaires compris, "reviendra à la normalité"

Lula au lendemain des troubles de Brasilia, le 9 janvier 2023.  - Carl de Souza
Lula au lendemain des troubles de Brasilia, le 9 janvier 2023. - Carl de Souza

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva s'est dit lundi convaincu, trois jours après le limogeage du chef de l'armée de terre, que le Brésil reviendra "à la normalité" et que les forces armées y "rempliront leur rôle" sans "servir un politicien".

"Les forces armées ne servent pas un politicien, elles n'existent pas pour servir un politicien. Elles existent pour assurer la souveraineté du pays, principalement face à un ennemi extérieur, pour assurer la tranquillité du peuple brésilien, et des choses comme en cas de catastrophes naturelles", a déclaré Lula en conférence de presse à Buenos Aires, où il est en visite officielle.

"Un phénomène s'est produit au Brésil"

Lula s'exprimait pour la première fois depuis le limogeage samedi du chef l'armée de terre, Julio César de Arruda, deux semaines après les attaques contre des centres du pouvoir à Brasilia. Le ministre de la Défense avait évoqué une "rupture de confiance" avec l'officier, après les événements du 8 janvier.

"J'avais choisi un chef de l'armée mais cela n'a pas fonctionné. J'ai dû en choisir un autre", a déclaré Lula lundi, en réponse à la question de savoir si la confiance était désormais rétablie, avec la nomination du général Tomas Ribero Paiva.

"J'ai eu une bonne conversation avec lui. Il pense exactement la même chose que moi sur les forces armées".

"Un phénomène s'est produit au Brésil (...) je ne sais pas comment l'expliquer, mais (l'ex-président Jair) Bolsonaro a obtenu que la majorité dans toutes les forces militaires, de la police de chaque état à la police routière, une partie de police militaire et des forces armées", l'appuient, a ajouté Lula. Bolsonaro "s'est impliqué dans les forces armées", a-t-il accusé.

"Nous avons maintenant une grande responsabilité: que le pays revienne à la normalité et que les forces militaires et de police reviennent à la normalité", a-t-il poursuivi, se disant convaincu que "les forces armées rempliront leur rôle, le pouvoir exécutif remplira son rôle, le pouvoir législatif remplira son rôle, et le Brésil ira bien"

Article original publié sur BFMTV.com