Publicité

"Anatomie d'une chute", Judith Godrèche... Ce qu'il faut attendre des César 2024

Confronté à une nouvelle vague d'accusations de violences sexuelles, le cinéma français a rendez-vous ce vendredi 23 février pour la 49e édition des César. Beaucoup attendent des mots de Judith Godrèche, devenue figure de proue du mouvement #Metoo dans le milieu du septième art.

La question pourrait éclipser la course aux prix entre le film Anatomie d'une chute, grand favori après son succès à Cannes, et ses concurrents. Voici ce qu'il faut attendre de la cérémonie.

• Judith Godrèche attendue pour un discours sur les violences sexuelles dans le cinéma

Du comportement de Gérard Depardieu aux accusations de viols sur mineure portées par l'actrice Judith Godrèche contre les cinéastes Benoît Jacquot et Jacques Doillon, suivies des témoignages d'autres comédiennes, le cinéma français est à nouveau placé face à la question de violences sexuelles. Avec l'idée que parmi les cinéastes, acteurs et autres professionnels du secteur qui prendront place à l'Olympia, certains ont pu fermer les yeux sur ce type de faits.

A priori, aucun des nommés n'a été visé par des accusations. L'acteur Samuel Theis (Anatomie d'une chute) fait l'objet d'une enquête après la plainte pour viol portée par un technicien contre lui alors qu'il tournait un film l'été dernier, mais il ne fait pas partie de la sélection.

Plus largement, l'Académie a désormais une règle de "non-mise en lumière" des personnes qui seraient mises en cause par la justice "pour des faits de violence": pas d'invitation aux évènements liés aux César, pas de remise de statuette sur scène, ni de discours au cas où un lauréat serait concerné.

Tout le monde garde en tête la cataclysmique édition 2020, où Roman Polanski, accusé de viol, avait reçu le prix du meilleur réalisateur pour J'accuse, provoquant le départ de la cérémonie de l'actrice Adèle Haenel.

La question des violences sexuelles et sexistes sera cette année frontalement abordée par Judith Godrèche, qui tiendra un discours durant la cérémonie, selon une information du Parisien confirmée par BFMTV.

"Que j'aille aux César ou pas, on s'en fiche bien", a expliqué l'actrice, à deux jours de la cérémonie, appelant plutôt à "entendre" les victimes.

Sa venue ne fait cependant pas l'unanimité. "Faut-il ce jour-là en parler?", s'est interrogé jeudi sur BFM Business l'ex-patron de Gaumont, Nicolas Seydoux. "L'Académie des César a décidé d'en parler, c'est son choix, ça n'aurait pas été le mien. Ce dont parle Judith Godrèche est une affaire de cour d'assise, ce n'est pas l'affaire des César."

• Justine Triet grande favorite avec Anatomie d'une chute

Du côté des prix, Anatomie d'une chute, Palme d'or à Cannes et nommé cinq fois aux Oscars, devrait continuer son parcours hors du commun. Il a récolté 11 nominations, et le trophée du meilleur film pourrait se jouer entre ce long-métrage de Justine Triet et Le Règne animal, un film fantastique de Thomas Cailley, qui a lui aussi combiné succès critique et en salles (12 nominations).

Les deux cinéastes sont également en lice pour la meilleure réalisation: à 45 ans, Justine Triet marquera l'histoire des César si elle devient la deuxième réalisatrice à remporter ce trophée, un quart de siècle après Tonie Marshall (Vénus Beauté (institut) en 2000).

Signe que des choses changent, deux autres réalisatrices (sur cinq) sont en lice: Catherine Breillat, 75 ans, pour L'Eté dernier, une histoire d'inceste dans un milieu bourgeois avec Léa Drucker (nommée pour la meilleure actrice), et Jeanne Herry avec Je verrai toujours vos visages, film choral sur la justice.

Côté interprètes, l'actrice allemande Sandra Hüller est en lice pour Anatomie d'une chute, tout comme Hafsia Herzi, pour Le Ravissement, seize ans après avoir été sacrée meilleur espoir. Romain Duris (Le Règne animal), dont c'est la cinquième nomination aux César en trente ans de carrière, pourrait enfin l'emporter.

Révélation de l'année, Raphaël Quenard est à la fois en lice comme meilleur espoir (pour Chien de la casse) et comme meilleur acteur (pour la comédie Yannick).

• Une série d'animateurs, comme l'an passé

Rendez-vous rituel, la cérémonie des César cherche toujours la formule magique qui lui permettrait de faire remonter ses audiences télévisées.

L'an dernier, les César avaient enregistré un sursaut, avec 1,7 million de téléspectateurs. Le choix d'une brochette d'acteurs différents qui se succédaient sur scène avait permis de briser la monotonie de la soirée.

L'expérience est renouvelée, avec des valeurs sûres de l'humour et de la comédie (Dany Boon, Jean-Pascal Zadi, Paul Mirabel) ainsi que des acteurs et actrices appréciées du public (Juliette Binoche, Benoît Magimel, Bérénice Béjo...) qui vont se partager l'exercice. L'actrice et réalisatrice Agnès Jaoui et le cinéaste américano-britannique Christopher Nolan (Oppenheimer) se verront remettre des César d'honneur.

La soirée, qui est souvent l'occasion de revendications politiques ou sociales, sera aussi un baptême du feu pour la nouvelle ministre de la Culture, Rachida Dati. La soirée doit débuter à 21h à l'Olympia et sera retransmise en clair sur Canal+.

Article original publié sur BFMTV.com