Publicité

"Une affaire de cour d'assises, pas des César" : l'ex-patron de Gaumont s'oppose à un discours de Judith Godrèche

Invité de BFM Business ce mercredi, l'ex-patron du groupe Gaumont a réagi à la prise de parole de l'actrice, prévue aux César vendredi soir, pour dénoncer les violences sexuelles et sexistes dans le milieu du cinéma.

Interrogé sur le plateau de BFM Business, ce mercredi 22 février, Nicolas Seydoux, président-directeur général du Groupe Gaumont s'est exprimé à propos de la prise de parole de l'actrice Judith Godrèche prévue lors de la 49e cérémonie des César, ce vendredi soir à l'Olympia.

Selon Le Parisien, la comédienne, qui a porté plaine contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour abus sexuels, doit prononcer pendant la soirée un discours sur les violences sexuelles et sexistes dans le milieu du cinéma.

"Faut-il ce jour-là en parler ? L'Académie des César a décidé d'en parler, c'est son choix, ça n'aurait pas été le mien", affirme-t-il.

Et de poursuivre : "Ce dont parle Judith Godrèche est une affaire de cour d'assise, ce n'est pas l'affaire des César".

S'il assure n'être "absolument pas au courant" des faits dénoncés par Judith Godrèche, Nicolas Seydoux indique toutefois que "ce qui se passe dans le cinéma" doit être "absolument condamné". "C'est absolument scandaleux. Le mouvement MeToo met tout ça en exergue et il faut en parler", ajoute le président de Gaumont.

"Je ne pense pas que Gérard Depardieu ait violé"

Nicolas Seydoux s'est également exprimé sur le cas de Gérard Depardieu, accusé de viols et d'agressions sexuelles par de multiples femmes ainsi que sur les propos polémiques tenus par le comédien dans l'émission Complément d'enquête.

"S'il a violé, il sera condamné (...) mais moi je ne pense pas que Gérard Depardieu ait violé. En revanche qu'il tienne des propos provocateurs, ça c'est établit, mais ça n'en fait pas un criminel, il ne faut pas mélanger les sujets", a affirmé le président de Gaumont.

"Je crains que si on poussait sur un certain nombre de réalisateurs très anciens, on en trouverait beaucoup, à commencer par Alfred Hitchcock, pour ne pas le nommer", a-t-il conclu.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - #MeToo du cinéma: "Il faut que la société change, bouge" selon la comédienne Éva Darlan