Le zoo de Londres a trouvé une manière d’alerter sur les animaux en voie d’extinction

Arya, an Asiatic lioness, is seen during the annual stocktake at ZSL London Zoo in London, Britain, January 4, 2022. REUTERS/John Sibley
John Sibley / REUTERS Arya, an Asiatic lioness, is seen during the annual stocktake at ZSL London Zoo in London, Britain, January 4, 2022. REUTERS/John Sibley

John Sibley / REUTERS

Le zoo de Londres -ici sa lionne Arya photographiée en janvier 2022- a une idée originale pour alerter sur les animaux en voie d’extinction.

ANIMAUX - Un sac en croco derrière une vitrine ? C’est l’idée originale du zoo de Londres. L’habituel occupant de l’enclos, le crocodile du Siam, a été remplacé par un sac fait avec la peau d’un congénère dans le but d’alerter sur les animaux en voie d’extinction.

Le sac en question a été confisqué dans un aéroport britannique, selon le conservateur des reptiles et des amphibiens du zoo. « Nous avons réalisé cette exposition (...) pour attirer l’attention des visiteurs sur l’impact dévastateur du commerce illégal d’espèces sauvages sur les espèces du monde entier », explique Ben Tapley, dans une interview pour Le HuffPost UK.

Une idée tape-à-l’œil qui ne date pas d’hier mais qui a subitement connu un nouvel engouement depuis ce tweet.

En commentaire de la publication de l’utilisateur @sleepy_homo, on peut lire : « C’est de l’art. Nous avons besoin de plus d’activisme inattendu dans des endroits ’normaux’ comme celui-ci. Même si d’habitude le zoo a une sorte de lien avec la conservation, ce niveau de ’choc’ est 👩🍳🤌 »

Cette exposition choc est pourtant en place depuis plusieurs années, mais est devenue virale après le premier tweet.

« Nous travaillons à l’échelle mondiale avec les gouvernements et les communautés locales pour protéger les espèces sauvages, soutenir l’application de la loi qui cible les réseaux de trafic, donner des moyens d’action aux communautés locales touchées par le TNI et réduire la demande d’espèces sauvages menacées », reprend Ben Tapley.

80 % des crocodiles du Siam ont disparu

Sur la pancarte en bas à gauche, le zoo de Londres s’est permis de rajouter un message sarcastique et sans équivoque : « On trouvait autrefois ce sac nageant dans les rivières et les ruisseaux à faible courant en Asie du Sud-Est et en Indonésie. Durant les 75 dernières années plus de 80 % des crocodiles du Siam ont disparu. Beaucoup, comme celui-ci, ont été chassés pour leur peau dans le cadre du commerce illégal d’espèces sauvages. »

L’espèce est en danger critique d’extinction et placé sur la liste rouge de l’IUCN (International Union for Conservation of Nature). Elle est endémique du Cambodge, du Vietnam, de la Malaisie, de l’Indonésie, de la Birmanie et de la Thaïlande - ou elle n’a été observée que 2 fois en dix ans. Selon l’IUCN, il resterait moins de 1 000 crocodiles du Siam à l’état sauvage.

À voir également sur le HuffPost : Un crocodile croque le drone d’une chaîne télé en plein tournage

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles