• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Yachts, hôtels de luxe... Quatennens ulcéré par les "petits gestes" demandés aux Français par rapport aux habitudes des plus riches

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Débrancher la prise, éteindre sa box avant de partir en vacances... Ces conseils du gouvernement aux Français pour limiter le gaspillage énergétique ont provoqué l'ire du député insoumis qui a alors pointé "une petite minorité qui se vautre".

"5 milliardaires possèdent autant que 27 millions de Français!", a fustigé au micro de l'Assemblée nationale Adrien Quatennens mercredi soir. En plein débat sur l'indexation des salaires du privé sur les bénéfices du CAC 40 -une proposition soutenue par les insoumis lors du troisième jour d'examen du projet de loi sur le pouvoir d'achat- le député du Nord est revenu sur les conseils donnés par le gouvernement en matière d'énergie.

"La vérité c'est que pendant que Monsieur Véran conseille aux Français de débrancher la prise, d'éteindre la lumière, une petite minorité dont vous refusez de parler se vautre dans les yachts, dans les jets privés et dans les hôtels de luxe", a-t-il cinglé la majorité dans l'hémicycle.

"Pour vous ce n'est pas une réalité!", a-t-il dénoncé.

"Baisser un peu la clim'"

Quelques heures plus tôt, le porte-parole du gouvernement avait en effet invité les Français à des "petits gestes" sans contrainte pour économiser l'énergie.

"Quand on part en week-end ou en vacances, on débranche un maximum de prises électriques parce qu'elles continuent sinon de consommer de l'énergie", avait souligné Olivier Véran lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

Il avait également appelé à couper le wifi, à "baisser un peu la clim" et à éteindre la lumières dans les pièces non utilisées, espérant atteindre au moins 15% d'économies avec ces réflexes anti-gaspillage.

La positionnement de la majorité sur ces mesures d'économies d'énergie et lors des débats de mercredi sur la hausse des salaires a ulcéré le député insoumis de 32 ans. Bouillonnant pendant presque l'intégralité des débats de la troisième séance d'examen, ce fils d'un cadre d'EDF a dénoncé le déni selon lui du gouvernement envers les grandes fortunes et les superprofits.

"Deux milliards de fortune, +900% en un an!"

"Si on vous écoute, la hausse des prix tombe du ciel, ce n'est pas la spéculation", a-t-il commencé son réquisitoire. "Si on vous écoute, l'inflation des superprofits et des grandes fortunes, ça n'existe pas! À longueur de débat, cette réalité vous la fuyez", a-t-il incriminé.

"Cinq milliardaires possèdent autant que 27 millions de Français. Pendant ce temps, Monsieur Bruno Le Maire vient nous voir et nous dire: avant de partager la richesse, il faut la produire. Elle est extrêmement produite!", s'est exclamé au micro de l'Assemblée le coordinateur de la France insoumise

Adrien Quatennens s'est alors lancé dans l'énumération des profits réalisés par certaines grandes fortunes françaises cette dernière année: "Si ce n'est pas une réalité, alors voici quelques exemples très concrets", a-t-il introduit avant de lister: "Monsieur Alex Bouaziz, entreprise Deel, 2 milliards de fortune, +900% en un an, Monsieur Rodolphe Saadé et sa famille, 36 milliards, +500% en un an, Monsieur Renaud Laplanche, 1,2 milliard, +264% en un an... ", a recensé le Lillois.

"Voilà la réalité que vous refusez pendant que vous proposez à la grande masse des Français vos primes et vos chèques à la noix", a-t-il conclu, excédé.

"Des efforts en fonction de son bilan carbone"

Sur BFMTV vendredi dernier, s'il avait reconnu l'utilité publique de la sobriété énergétique, il appelait d'abord à celle "des très riches qui consomment et polluent le plus".

"Vous pouvez baisser le chauffage mais en 10 minutes de tourisme spatial, Jeff Bezos émet plus de CO2 que le milliard le plus pauvre de l’humanité en une vie entière!", avait-il dénoncé.

Ce jeudi matin sur RTL, le ministre de la Transition énergétique a confirmé que "tous les gestes sont importants". Christophe Béchu a toutefois apporté une nuance peu faite jusqu'à présent dans la voix de l'exécutif.

"Chacun est responsable, ceux des quartiers populaires moins que ceux qui ont plus de moyens et une empreinte carbone élevée.

"Tout le monde doit faire des efforts en fonction de son bilan carbone", a-t-il invité. Certaines remarques insistantes de la gauche de la gauche au Palais Bourbon semblent commencer à imprimer.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Affaire Eric Coquerel: "Les faits n'ont strictement rien à voir avec ceux concernant Damien Abad" estime Adrien Quatennens, député LFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles