Publicité

XV de France: absence pour le Tournoi, explications de Galthié, avenir chez les Bleus... Les confidences de Baptiste Couilloud

Baptiste Couilloud, demi de mêlée du LOU et international français (16 sélections avec le XV de France), était invité ce samedi des Grandes Gueules du Sport à Lyon, avant le match entre la France et l'Angleterre. Le meilleur marqueur d'essais du Top 14 cette saison (9 essais inscrits) est revenu sur son absence lors du Tournoi des VI Nations alors qu'il faisait partie de l'aventure pour la Coupe du monde.

"Ça fait du bien des fois de se remettre en question"

Interrogé sur son ressenti concernant son absence, Baptiste Couilloud n'a pas caché qu'il a ressenti une certaine déception. "Forcément au début de la compétition il y avait un peu de frustration et c’est toujours délicat de regarder les matchs à la télé. Maintenant, je pense qu’on arrive sur la dernière journée du tournoi, c’est évacué. J’ai aussi eu l’occasion de faire le point avec les coéquipiers de l’équipe, on s’est vu en début de semaine, maintenant il faut passer à autre chose. Pour moi c’était aussi important de rebasculer sur la situation avec mon club parce qu’on était en délicatesse mais voilà, c’est digéré on va dire."

L'absence d'Antoine Dupont (présent avec l'équipe de France de rugby à 7 pour la saison) ouvrait des portes pour le poste de demi de mêlée et Baptiste Couilloud aurait pu y prétendre, Fabien Galthié lui a cependant justifié sa non-sélection. "C’est sûr que forcément compte tenu de l’absence d’Antoine (Dupont) en sélection sur cette saison, on se projetait tous en se disant qu’il y avait une opportunité pour gagner du temps de jeu."

"J’ai pu échanger avec le sélectionneur, il a pris le temps de m’appeler en début de Tournoi (des VI Nations). Il m’a appelé pour m’expliquer ses choix, après la discussion nous regarde, c’est des sujets qui ne concernent que nous mais au moins il a pris le soin de m’appeler."

"Il m’a expliqué qu’en lien avec mes performances du début de saison la hiérarchie avait évolué et que je ne faisais pas partie de ses plans pour le début du tournoi. Forcément, c’est difficile à entendre quand t’es un joueur compétiteur et qui a un peu d’ego, c’est compliqué d’entendre ça de la part de ton sélectionneur maintenant c’est ce que je dis, ça fait du bien des fois de se remettre en question, de prendre des coups de pied au cul", a reconnu le joueur du LOU.

Meilleur marqueur d'essais du Top 14, Baptiste Couilloud est passé d'un début de saison en demi-teinte à une montée en puissance lui permettant de revenir au plus haut niveau. Son sélectionneur n'y est peut-être pas étranger. "Peut-être que la discussion que j’ai eue avec Fabien (Galthié) a aussi permis de me faire basculer moi dans la tête en me disant 'voilà, pour le moment je ne fais pas partie des plans du staff de l’équipe de France, à moi aussi de prouver que j’ai le niveau pour participer à ces matchs-là', donc moi aussi ça m’a certainement fait du bien de l’entendre."

"Très difficile de se projeter sur les quatre prochaines années"

Après avoir évoqué son absence pour les VI Nations, le sujet de la Coupe du monde 2023 a été abordé. Le traumatisme qu'a vécu le XV de France après l'élimination face à l'Afrique du Sud a touché Baptiste Couilloud d'une manière différente que les titulaires. "C’est sûr que ça a été une vraie désillusion après c’est vrai que moi j’étais un peu à côté du vélo, je regardais les matchs depuis les tribunes donc la sensation est différente. Ce qui est le plus brutal c’est vraiment de quitter le groupe avec qui tu as partagé quatre mois de moments de vie un peu intime, et du jour au lendemain tu pars sans à peine te dire au revoir donc ça oui, c’est très difficile de se reprojeter sur les quatre prochaines années et c’est un peu l’analyse que je fais sur ce début de tournoi."

Le demi de mêlée aux 16 sélections avec le XV de France a expliqué pourquoi il semble difficile de se projeter sur la Coupe du monde 2027 en Australie, pour une grande partie du groupe présent en 2023. "Je pense que pour la plupart des joueurs qui arrivent à la trentaine, c’est difficile de se projeter pour se dire 'le projet sur 4 ans je me l’approprie et je me vois évoluer à la Coupe du monde en Australie.' C’est plus difficile qu'il y a quatre ans avant la Coupe du monde en France parce qu’on avait un effectif qui était hyper jeune et tous les mecs qui étaient là savaient qu’ils avaient dans un coin de leur tête la possibilité de participer à la Coupe du monde en France."

"Je ne suis pas sûr que tous les joueurs se projettent d’ici quatre ans. La plupart sont devenus parents, ils ont atteint la trentaine, ce sont quand même des éléments où tu te dis, 'est-ce que j’ai encore envie de m’infliger quatre ans à ne pas voir mes enfants, à me dire que je vais être loin de la maison?'"

Baptiste Couilloud a également admis que l'exigence était de plus en plus importante dans le rugby. "C’est sûr, vu les quatre ans qu’on a connus avant la Coupe du monde en France, on a compris que ça nécessitait une grosse exigence pour aller au bout."

"Je suis un peu gêné de toutes les critiques qui ont été émises par rapport au jeu de l'équipe de France"

Si le joueur du LOU ne sait pas exactement quelle est sa place dans la hiérarchie des demis de mêlée du XV de France, il espère que ses performances en club vont l'aider à remonter dans celle-ci. "Il (Fabien Galthié) ne me l’a pas dit mais après, la déduction se fait assez rapidement. Tu sais qu’en l’absence d’Antoine Dupont et je ne parlerai même pas de Baptiste Serin, forcément il y a du monde et de la qualité à ce poste. C’est facile de comprendre que j’étais un peu loin dans la hiérarchie au début ce tournoi. J’espère m’être replacé de par mes performances (en club) pendant le Tournoi. Maintenant, la prochaine tournée est assez lointaine donc à court terme je vais surtout me focaliser sur les performances de mon club et puis le reste on verra un peu plus tard."

Nolann Le Garrec et Maxime Lucu évoluent actuellement au poste de demi de mêlée avec les Bleus et Baptiste Couilloud observe leurs performances avec attention. "C’est sûr que tu analyses tous les matchs que tu vois à la télévision et tu imagines ce que t’aurais pu faire à leur place. Maintenant, je suis un peu gêné de toutes les critiques qui ont été émises par rapport au jeu de l’équipe de France et surtout à des garçons comme Maxime (Lucu) parce qu’au-delà de notre aspect concurrentiel en sélection, je trouve qu’il a souvent été adulé sur les dernières prestations qu’il avait faites avec le XV de France pour être vraiment mis au pilori pendant ces trois premiers matchs. Je trouve que c’est un peu dommage de sacrifier ces mecs-là."

Les postes de demi d'ouverture et de demi de mêlée sont souvent les plus critiqués et le joueur du LOU en sait quelque chose. "Pour le vivre moi aussi par exemple en club, je trouve que c’est dur à accepter aussi d’être dans cette situation."

Si Antoine Dupont est absent pour la saison avec le XV de France, il faudra faire avec son retour par la suite et accepter le fait qu'il sera presque impossible d'être titulaire à sa place. "C’est sûr mais c’est une donnée qu’on a assimilée maintenant, je pense que ça fait six ans même plus parce que j’ai joué avec lui en U20 aussi. Forcément, il faut se faire sa place à côté de lui, c’est peut-être plus difficile qu’à un autre poste maintenant c’est quelque chose qu’on a pris en compte et on essaie de prendre les minutes qui restent."

Article original publié sur RMC Sport