Les voitures de luxe britanniques, passion royale d’Élisabeth II

Photo DANIEL LEAL AFP.

Si les voitures de luxe Land Rover, Rolls-Royce et Jaguar sont devenues des “icônes mondiales”, c’est “grâce à la reine” Élisabeth II, qui a fait de ces modèles “les carrosses modernes de la royauté”, affirme le journal brésilien Folha de São Paulo.

La passion de la souveraine britannique remonte à 1948, raconte le quotidien de la mégalopole sud-américaine. À l’époque, son père, le roi George VI (1895-1952), se voit offrir la centième Land Rover Série 1. “L’utilitaire rustique” devient le véhicule préféré de la reine, plusieurs fois “photographiée au volant de différents modèles de la marque”, notamment le jour de ses 96 ans, en avril dernier.

Au total, près de 30 Land Rover “ont séjourné dans les garages de Windsor au long des soixante-dix ans de règne” d’Élisabeth II, précise le journal. La souveraine britannique s’est d’ailleurs servie de l’une de ces voitures pour emmener elle-même en balade le prince Abdallah d’Arabie saoudite, pour le moins surpris, sur les petites routes de son domaine écossais de Balmoral, en 1998. Les femmes du royaume saoudien ne seront autorisées à conduire que vingt ans plus tard.

La tradition d’une flotte royale britannique

Sa première Rolls-Royce, la souveraine la reçoit en cadeau en 1950. Le modèle Phantom 4 repeint en noir est “toujours utilisé par la monarchie pour des événements, aux côtés d’autres modèles de la même ligne, qui ont été acquis et adaptés pour les défilés”, souligne Folha.

“Les marques britanniques avaient compris le potentiel de la famille royale pour leur marketing.”

Dans les années 2000, Élisabeth II est vue au volant d’un break Jaguar vert métallisé, le fameux “vert anglais”.

Bien que ces marques aient depuis été incorporées à des géants automobiles indien et allemand, “la production de ces voitures continue de se faire dans des usines du Royaume-Uni, ce qui donne une justification plausible au maintien de la tradition” d’une flotte royale britannique, note le journal.

Une tradition que Charles III devrait poursuivre, à une exception près : particulièrement sensible à la cause environnementale, le nouveau roi d’Angleterre devrait opter pour des modèles “sans fumée”, 100 % électriques.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :