Dans « Qui veut être mon associé ? », Blaise Matuidi est prêt à investir

PARIS, FRANCE - SEPTEMBER 10: Blaise Matuidi #14 of France looks on before the UEFA Euro 2020 qualifier match between France and Andorra at Stade de France on September 10, 2019 in Paris, France. (Photo by Catherine Steenkeste/Getty Images)
Catherine Steenkeste / Getty Images PARIS, FRANCE - SEPTEMBER 10: Blaise Matuidi #14 of France looks on before the UEFA Euro 2020 qualifier match between France and Andorra at Stade de France on September 10, 2019 in Paris, France. (Photo by Catherine Steenkeste/Getty Images)

TÉLÉVISION - Attaquant, défense, milieu de terrain, investisseur ? Décidément Blaise Matuidi est partout. Le champion du monde 2018 sera aux côtés des membres du jury de Qui veut être mon associé ? sur M6 ce mercredi 25 janvier. Celui qui a annoncé prendre sa retraite de footballeur à la fin de l’année dernière tentera d’investir dans divers projets.

Ce n’est pas la première fois que Blaise Matuidi intervient dans l’émission. Comme il l’indique dans une interview donnée au Parisien ce mardi 24 janvier, le sportif de 35 ans était déjà venu la saison dernière pour accompagner (en visio) un projet dans lequel il a investi. Il s’agit d’Aeklys, une bague intelligente connectée.

Pas un novice en la matière

En réalité, Blaise Matuidi fait de l’œil au monde de l’entrepreneuriat depuis ses années Paris-Saint-Germain, club dans lequel il a joué jusqu’en 2017. Il a déjà investi dans une dizaine d’entreprises. « J’avais cette envie de découvrir autre chose que le monde du sport, que le football », raconte-t-il dans son portrait pour Qui veut être mon associé ?.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il a également co-fondé, Origins, son propre fonds d’investissement. D’autres joueurs de l’équipe de France comme Olivier Giroud, N’Golo Kanté ou Presnel Kimpembe comptent parmi les investisseurs.

Blaise Matuidi voit l’investissement comme le foot

Selon lui, il n’y a pas tant de différence entre être un sportif de haut niveau et être un entrepreneur. Les deux activités requièrent « du don de soi, de l’esprit de leadership, et le sens du sacrifice », explique-t-il au Parisien. Il poursuit, « même si ça n’a pas été facile. J’ai dû m’accrocher. Mais c’est aussi ce qui me plaît : rien n’est acquis et on peut décrocher la lune si on s’en donne les moyens. Un peu comme au foot en fait. »

Et dans l’émission, ce n’est pas le footballeur que les candidats auront en face d’eux mais bien l’investisseur. Blaise Matudi ne compte pas s’appuyer sur son image et sa notoriété. « J’aime bien être au cœur de tout, savoir tout ce qui se passe. Je ne mets pas de l’argent pour mettre de l’argent et attendre. J’ai besoin de me sentir concerné », déclare-t-il.

Quels profils l’intéresseront ? « L’aspect humain est important. Et ensuite il y a la vision et les ambitions, auxquelles j’accorde énormément d’importance ». Blaise Matuidi l’annonce, il veut voir des « « winners, des gens qui veulent aller chercher la victoire ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi