En Ukraine, une frappe russe sur un immeuble fait au moins 20 morts à l’est du pays

Photo prise le 14 janvier 2023 montre une voiture et un immeuble résidentiel détruits par un tir de missile à Dnipro.
VITALII MATOKHA / AFP Photo prise le 14 janvier 2023 montre une voiture et un immeuble résidentiel détruits par un tir de missile à Dnipro.

UKRAINE - Pas de trêve pour le Nouvel An orthodoxe. Au moins neuf personnes ont été tuées et plusieurs dizaines de personnes ont été blessées ce samedi 14 janvier dans une frappe russe sur un immeuble d’habitation de la ville de Dnipro, dans l’est de l’Ukraine. Cette nouvelle attaque fait suite à celle survenue plus tôt dans la journée à Kiev, où des infrastructures clés ont été visées.

Le gouverneur de l’oblast de Dnipropetrovsk, Valentyn Reznitchenko a annoncé via Telegram que le bombardement avait fait au moins « neuf morts, dont une jeune fille de 15 ans » et « soixante-quatre blessés », dont « cinquante-neuf hospitalisés ». La frappe a atteint l’entrée d’un immeuble de neuf étages, dont plusieurs ne sont plus que des décombres fumants.

Des villes plongées dans le noir

Par ailleurs, plusieurs localités ont été bombardées tout au long de la journée de samedi. « Aujourd’hui, l’ennemi a de nouveau attaqué les installations de production d’énergie du pays. Il y a des attaques dans les régions de Kharkiv, Lviv, Ivano-Frankivsk, Zaporijjia, Vinnytsia et Kiev, a annoncé en début de soirée le ministre ukrainien de l’Energie, Guerman Galouchtchenko.

En raison de ces bombardements, des coupures de courant ont été ordonnées dans la plupart des régions d’Ukraine visées par ces frappes, a également déclaré Guerman Galouchtchenko.

L’opérateur Ukrenergo a pour sa part dit être à l’œuvre pour « éliminer les conséquences » de cette « douzième attaque massive de missiles sur le secteur de l’énergie en Ukraine ».

La « terreur » russe 

« Mémoire éternelle à tous ceux dont les vies ont été prises par la terreur russe ! Le monde doit arrêter ce mal », a réagi sur les médias sociaux le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ajoutant que « le déblaiement des débris à Dnipro continue »

Zelensky a aussi déclaré que la « terreur » russe ne pourrait être stoppée que par les armes. « La Russie a effectué une autre frappe massive de missiles sur les villes ukrainiennes (...) Est-il possible d’arrêter la terreur russe ? Oui, c’est possible. Peut-on le faire autrement que sur le champ de bataille en Ukraine ? Malheureusement, non », a-t-il estimé dans son message quotidien.

Du côté français, le Quai d’Orsay a dénoncé dans un communiqué ces frappes russes sur plusieurs villes ukrainiennes : elles « ont une nouvelle fois délibérément ciblé des immeubles résidentiels et des infrastructures civiles. Un tel ciblage systématique en plein hiver souligne la volonté claire de la Russie de poursuivre l’escalade dans sa guerre d’agression en Ukraine. »

Pendant le Nouvel An orthodoxe

Les Ukrainiens célèbrent samedi le Nouvel An orthodoxe (dans le calendrier julien), une fête populaire à la veille de laquelle les enfants reçoivent traditionnellement des sucreries.  « Samedi festif - et poursuite de la terreur (russe). Pendant que les enfants ukrainiens profitent des friandises reçues hier, la Russie attaque des bâtiments d’habitation », a commenté la Première dame ukrainienne Olena Zelenska.

« Moscou prouve que son cynisme ne connaît pas de limites », a quant à lui déclaré le conseiller présidentiel Mikhaïlo Podoliak. La Russie « doit être expulsée du Conseil de sécurité de l’ONU dès maintenant », a-t-il encore dit.

Depuis le mois d’octobre et une série de revers en Ukraine, Moscou, en plein changement de stratégie, bombarde méthodiquement les infrastructures vitales du pays. En parallèle, l’armée russe s’acharne à conquérir la ville de Soledar, qui est éminemment stratégique pour le sort du Donbass.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi