Ukraine, Allemagne et Joe Biden : les informations de la nuit

CLODAGH KILCOYNE / REUTERS

Une frappe russe fait au moins neuf morts à Dnipro. L’armée russe a ciblé plusieurs villes ukrainiennes samedi. La capitale ukrainienne Kiev en fait partie. À Dnipro dans l’est du pays, au moins neuf personnes, dont une adolescente de 15 ans, ont péri dans la destruction d’un immeuble d’habitation. L’attaque a également fait 64 blessés, indique le Kyiv Post. Les recherches de survivants ont continué pendant la nuit. Des missiles ont par ailleurs endommagé des infrastructures à Kharkiv et dans la région de Lviv, à l’ouest, avec comme conséquences de potentielles pannes d’électricité et difficultés d’approvisionnement en eau, ont prévenu les autorités locales. “La Russie a admis que les infrastructures énergétiques de l’Ukraine comptaient parmi ses cibles prioritaires”, rappelle le Kyiv Independent tout en soulignant que ce type d’attaques représentent un crime de guerre selon les conventions de Genève.

Affrontements entre manifestants et policiers devant une mine allemande. “Il y a eu des blessés des deux côtés”, note la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Près du village de Lützerath en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, des milliers de manifestants pour le climat protestent contre l’extension de la mine à charbon de Garzweiler. 35 000 personnes selon les organisateurs, deux fois moins selon la police, ont participé à une journée de mobilisation dans cette région de l’ouest du pays. Un millier de manifestants ont ensuite cherché à s’approcher de la mine, même si la zone est dangereuse “car le sol s’est ramolli à cause des pluies constantes et il y a un risque de glissements de terrain”, souligne la FAZ. Le village doit être démoli pour permettre l’extraction du lignite et est devenu depuis 2020 un symbole du combat environnemental avec l’installation de dizaines de militants dans des fermes ou des cabanes dans les arbres. Greta Thunberg, présente samedi, a appelé à la résistance. “Tant que le charbon est dans le sol, ce combat n’est pas terminé”, a-t-elle déclaré.

De nouveaux documents confidentiels retrouvés chez Joe Biden. C’est dans sa résidence personnelle de Wilmington dans le Delaware que l’équipe du président américain a mis la main sur cinq pages d’archives classifiées. C’est la troisième découverte de ce type en une semaine. Une semaine qui a “soulevé des questions importantes sur la gestion de sujets légalement délicats par l’administration”, observe CNN. La chaîne constate également que “la Maison Blanche fait face à de plus en plus de critiques pour son manque de transparence”. Les premiers documents confidentiels ont été retrouvés en novembre mais rien n’a été signalé avec lundi dernier. Jeudi, Merrick Garland, le ministre de la justice, a nommé un procureur indépendant pour enquêter sur ces documents et la raison pour laquelle ils sont restés en possession de Joe Biden une fois qu’il a quitté son poste de vice-président en janvier 2017 plutôt qu’être transmis aux archives nationales.

[...] Lire la suite sur Courrier international