Twitter à l'ère d'Elon Musk : payer pour être certifié

Utku Ucrak / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

La certification de Twitter, ce petit bouton bleu apposé à côté du nom du twittos, était jusqu'à présent décidée par le réseau. Le nouveau directeur général, Elon Musk, annonce que cette fonctionnalité sera désormais disponible sous abonnement : tarif, 8 dollars par mois. Pour le moment.

Il est propriétaire de Twitter depuis une semaine, et la façon dont Elon Musk va transformer le réseau social intrigue les observateurs. L'un des changements va concerner la "certification" des comptes : un petit macaron bleu, biffé d'un trait blanc, désigne à l'heure actuelle le fait que le compte en question a été confirmé par le réseau comme appartenant bien à celui ou celle qui prétend l'animer.

Twitter, entre certification payante et "second tag"

Cette cocarde était attribuée par Twitter à diverses personnalités - artistes, sportifs, politiciens, entrepreneurs, journalistes... - selon des critères dépendants largement de son bon vouloir. Un dispositif désormais caduc, ainsi que l'a écrit le patron de SpaceX, Tesla et Neuralink sur la plateforme qu'il possède désormais :

"Le système actuellement en vigueur sur Twitter de seigneurs et paysans déterminant ceux qui ont ou n'ont pas de certification est une connerie. Le pouvoir au peuple ! La certification pour huit dollars par mois", déclare Musk, qui précise aussi que le prix de l'abonnement serait ajusté "par pays, proportionnellement à la parité du pouvoir d'achat". Par ailleurs, l'entrepreneur d'origine sud-africaine, qui a déboursé 44 milliards de dollars pour s'offrir le réseau à l'oiseau, a aussi spécifié qu'un "second tag" permettra de mettre en avant les personnalités publiques.

Bref, c'est l'avènement d'une certification à deux vitesses qui s'annonce sur Twitter. Une façon paradoxale de rendre "le pouvoir au peuple" ? Les défenseurs du système plaident que cette forme de péage à l'entrée du réseau permettrait d'en écrémer les robots et spams qui pullulent sur le site de micro-blogging. En mai dernier, c'est en se saisissant de la question des faux comptes que Musk avait gelé son offre de rachat sur Twitter : il estimait qu'i[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi