Tuerie de Chevaline : dix ans après, une énigme toujours sans réponse

Doug Seeburg/News Licensing/ABACA

Malgré plusieurs pistes suivies par les enquêteurs, le meurtre d'une famille britannique d'origine irakienne et d'un cycliste français en France en 2012 demeure un mystère.

Différend familial ? Règlement de comptes ? Affaire d'espionnage industriel ? Dix ans plus tard, le meurtre d'une famille britannique d'origine irakienne et d'un cycliste français en France, connu sous le nom de "tuerie de Chevaline", reste une énigme, malgré des milliers d'heures d'enquête et des centaines d'auditions.

Les enquêteurs ont fait "tout ce qu'il était humainement possible de faire, mais tant que l'ADN ne mène nulle part et qu'il n'y a aucun témoin visuel, c'est le crime parfait", constate une source proche du dossier.

Lire aussi:Le mystère de la tuerie de Chevaline

Le 5 septembre 2012, un cycliste britannique, Brett Martin, aperçoit sur une route forestière sur les hauteurs d'Annecy, dans les Alpes, un vélo de course couché à terre, une BMW, moteur en marche, et une petite fille en sang, qui titube puis s'effondre. Pensant d'abord à un accident de la route, il voit ensuite dans la voiture "beaucoup de sang et des têtes trouées par des impacts de balles".

L'enquête montrera que Saad al-Hilli, un ingénieur de 50 ans, sa femme Iqbal , 47 ans, sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, une Suédoise d'origine irakienne, viennent d'être tués à bout portant, avec Sylvain Mollier, un ouvrier de la région de 45 ans en balade sur la route.

Seules ont survécu les deux fillettes du couple, alors âgées de quatre et sept ans. Zainab, l'aînée, a été blessée à l'épaule par une balle, assommée et laissée pour morte. Zeena, blottie aux pieds de sa mère à l'arrière de la voiture, n'a rien vu.

L'enquête a établi qu'un conflit "violent" sur l'héritage paternel opposait les deux frères

Dix ans plus tard, le "méchant" décrit par la petite Zainab à sa sortie d'hôpital n'a pas été identifié et son mobile reste mystérieux. On ne sait(...)


Lire la suite sur Paris Match