Trains gratuits pour les policiers armés: depuis le début de l'année, 100.000 trajets "sécurisés"

Image d'illustration - Des trains de plusieurs compagnies arrêtés en gare. - THOMAS COEX / AFP
Image d'illustration - Des trains de plusieurs compagnies arrêtés en gare. - THOMAS COEX / AFP

Ils n'ont qu'à se signaler au chef de bord et porter une arme sur eux. Depuis le 1er janvier, grâce au dispositif "voyager-protéger", les policiers armés peuvent bénéficier de réductions importantes sur leurs trajets en train liés aux loisirs, et même de billets gratuits pour les déplacements de plus d'1h15 entre le domicile et le lieu de travail. Selon les informations d'Europe 1, plus de 100.000 trajets ont déjà été pris en charge grâce à ce système.

D'après nos confrères, 82% des trajets effectués grâce à ce dispositif concernent des TGV et des Intercités, et 18% des trains Ouigo. Les lignes Paris-Bordeaux, Paris-Aix-Marseille, Paris-Lyon, Paris-Lille et Paris-Montpellier sont les plus empruntées, ajoute la même source. Au total, plus de 200 policiers en bénéficient.

Régler les différends entre usagers

Lors de ces voyages, les fonctionnaires peuvent donc être amenés à intervenir pour régler des différends entre les usagers.

"On a l’exemple d’un policier qui a porté assistance à un contrôleur avec un individu agressif. On a des policiers qui sont intervenus pour stopper des attouchements", rapporte Sonia Fibleuil, porte-parole de la police nationale, au micro d'Europe 1.

Le dispositif, mis en place par la Direction générale de la police nationale suite à un accord avec la SNCF, vise à la fois à "sécuriser les trains" et à "faciliter la vie [des] policiers", selon les mots de Gérald Darmanin. Le prix du billet est pris en charge par le ministère de l'Intérieur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles