Publicité

Tournoi des VI Nations: l'amertume des Ecossais après l'essai refusé au bout du suspense contre la France

Un miracle en Ecosse. Encore en convalescence, une semaine après avoir pris l’eau à domicile face au XV du Trèfle (38-17), l’équipe de France a dû s’arracher pour l’emporter à Edimbourg (20-16), samedi, lors de la deuxième journée du Tournoi des VI Nations. Il a fallu que les Bleus résistent à cinq dernières minutes intenses, avec un essai refusé après arbitrage vidéo, pour décrocher ce succès qui leur permet de se relancer. Dans les ultimes secondes, Sam Skinner a pourtant cru donner un avantage décisif à son équipe. Mais l'arbitre Nic Berry, au bout d’un long échange avec son assistant vidéo, n'a finalement pas accordé l'essai, estimant que le ballon n'avait pas été aplati dans l'en-but tricolore. Une décision forcément difficile à digérer côté écossais.

"La France s'en est sortie avec la victoire ce soir, mais pour moi, il y avait essai à la fin. Ce n'est pas à moi de prendre cette décision, c'est à l'arbitre, c'est son boulot", a ainsi réagi le co-capitaine et ancien ouvreur du Racing 92, Finn Russell. Sans pour autant accabler l’arbitrage: "On ne peut pas laisser l'arbitre décider du résultat d'un match, c'est à nous de jouer mieux et de faire de ces matchs des victoires." Le sélectionneur écossais Gregor Townsend, avait lui aussi un peu de mal à cacher sa déception. "Je ne comprends pas le raisonnement (de l’arbitre). Quand vous regardez les images… Je suis dépité pour les joueurs. Nous avons si bien joué, nous avons été menés et nous sommes revenus. C’était une grande victoire pour nos supporters, mais elle nous a été enlevée. Nous pensions qu’il y avait essai. Mais c’est le sport, nous le savons et nous devons être encore meilleurs", a-t-il déclaré.

Les médias écossais ne hurlent pas au scandale

Certains ont pris beaucoup moins de pincettes pour exprimer leur colère. Meilleur marqueur de l’histoire du rugby écossais (809 points), Chris Paterson s’est dit "choqué" par la décision de l’arbitre, alors que le député écossais Jamie Halcro Johnston s’est lâché sur les réseaux sociaux: "Une décision épouvantable. L'Ecosse a été volée. Quel est l'intérêt d'avoir la vidéo si on ne croit pas ce que l'on voit ? Il y avait essai."

Dans leur globalité, les médias écossais sont moins amers. Pas question pour eux de hurler au scandale, même si beaucoup reconnaissent qu’il faudra un peu de temps pour digérer le dénouement de cette partie. "Lorsque Ramos porte le score à 20-16 pour la France, le hold-up est en marche. Skinner a alors fait basculer le match en faveur de l'Ecosse, mais il ne l'a pas fait... Il a marqué un essai décisif, mais il ne l'a pas fait... Le ballon était aplati au sol mais, apparemment, il ne l'était pas...", résume ainsi Tom English, chef de la rubrique sports de la BBC.

De leur côté, The Daily Record et The Scotsman parlent tous les deux d’une "défaite controversée", sans chercher à en rajouter, le regard déjà tourné vers le prochain rendez-vous du XV du Chardon. Ce sera le 24 février à Murrayfield contre l’Angleterre. Les Bleus, eux, accueilleront le lendemain l’Italie.

Article original publié sur RMC Sport