Publicité

Tourisme de masse à Florence: la directrice d'un musée dit que la ville "se prostitue" et fait un tollé

Le tourisme de masse a transformé Florence en une "prostituée", a déclaré lundi la directrice d'un des grands musées de la ville, suscitant l'indignation de responsables politiques, dont le ministre italien de la Culture. "Une fois qu'une ville se prostitue, il lui est difficile de redevenir vierge", a déclaré à la presse Cecilie Hollberg, directrice de la Galerie de l'Académie qui abrite la statue de David de Michel-Ange, en marge d'un événement.

"Florence est très belle et j'aimerais qu'elle revienne à ses citoyens et ne soit pas écrasée par le tourisme", a ajouté l'historienne allemande, déplorant les rues colonisées par les boutiques de souvenirs. Mais "il est déjà trop tard", a-t-elle ajouté, selon le quotidien La Repubblica, avertissant que si on ne mettait pas un frein au nombre, elle ne voyait "plus d'espoir".

Des excuses pour des "mots inappropriés"

La Galerie de l'Académie a ensuite publié une déclaration dans laquelle Cecilie Hollberg s'est excusée "d'avoir utilisé des mots inappropriés" à propos d'une "ville que j'aime".

"Ce que je voulais dire, c'est que Florence doit être le témoin, pour toute l'Italie, d'un tourisme de plus en plus durable et non d'un tourisme de masse", a-t-elle déclaré.

Mais le ministre de la Culture, Gennaro Sangiuliano, a déclaré que ses propos étaient "graves et offensants" pour Florence et l'ensemble de l'Italie, et a menacé de prendre des mesures, déclarant qu'il "évaluerait toutes les mesures appropriées" dans le cadre de la législation en vigueur.

Des propos qui ont provoqué un tollé

Le gouvernement nationaliste du Premier ministre Giorgia Meloni a été accusé de chercher à promouvoir davantage d'Italiens à des postes culturels de premier plan, ainsi que davantage de personnes favorables à ses opinions de droite.

L'année dernière, les ministres ont approuvé un changement qui oblige les chefs d'opéra à quitter leur poste lorsqu'ils atteignent l'âge de 70 ans, une mesure largement considérée comme un moyen d'écarter certains étrangers de leurs fonctions.

La maire adjointe de Florence, Alessia Bettini, s'est également opposée à Cecilie Hollberg en déclarant que si la ville était une prostituée, "les Florentins seraient-ils les enfants d'une prostituée et les touristes les clients d'une prostituée ?". L'ancien premier ministre Matteo Renzi, sénateur de Florence, a déclaré qu'elle "devrait s'excuser ou démissionner".

Le surtourisme inquiète

D'autres responsables en Italie ont exprimé leur inquiétude quant à l'impact du surtourisme, en particulier dans des villes comme Florence - où le centre historique est bondé pendant une grande partie de l'année - et Venise.

Après que l'Unesco l'a mise en garde contre le risque de perdre son précieux classement au patrimoine mondial, Venise a annoncé l'année dernière son intention de tester un système de billetterie pour tenter de contrôler le nombre de visiteurs, à partir du mois d'avril.

Article original publié sur BFMTV.com