Toujours vierges à 30 ans, elles racontent la « pression sociale »

Thaïs et Maeva ont deux points communs : elles sont trentenaires et vierges. Dans une société où les conversations autour du plaisir féminin se libèrent petit à petit, elles nous racontent ne pas encore y trouver l’écoute et le respect qu’elles désirent. Témoignages.

SEXUALITÉ - À 24 ans, 11 % des hommes et 16 % des femmes sont encore vierges. À 25 ans, 7 % des hommes et 13 % des femmes, rapportent plusieurs sondages. Certaines attendent - par choix ou non - jusqu’à 30 ans et plus. Thaïs, 31 ans et Maeva, 30 ans, sont de celles-ci. Pour des raisons divergentes, elles n’ont jamais eu de rapports sexuels. Elles nous racontent aujourd’hui pourquoi, et surtout décrivent ce qu’implique cette réalité dans une société où la sexualité est omniprésente.

Maeva, 30 ans : « Ce n’est pas un choix, plutôt un concours de circonstances »

« Avant que je ne penche sur le sujet, je préfère préciser : il n’y a rien de religieux dans ma démarche. C’est un truc qu’on me demande souvent. Tout le temps en fait. Je ne sais pas si les gens ont trop vu de documentaires sur les communautés chrétiennes américaines, mais plusieurs personnes ont déjà scruté ma main pour voir si je portais une bague de chasteté. Non. Si j’avais pu décider toute seule, j’aurais fait l’amour il y a longtemps. Il n’y a rien qui se rapproche de près ou de loin d’une volonté de préserver ma pureté pour le mariage. Ce n’est pas un choix, plutôt un concours de circonstances.

Il faut dire que je n’ai pas fait beaucoup de rencontres. J’ai suivi de longues études de lettres pendant lesquelles j’étais assez solitaire, pas vraiment le genre à sortir tous les jeudis soir avec mon groupe de TD. Je me suis concentrée sur le travail parce que ça me passionnait, et j’aimais rentrer chez moi seule en fin de journée pour lire et me préparer des bons petits plats. Cinq ans sont passés comme ça, et puis pendant cinq autres, je n’ai pas ressenti l’envie de relations, encore moins physiques. Ça nous amène à mes 28 ans.

Depuis ces deux dernières années en revanche, j’ai les sens en ébullition. Je ne saurais pas vraiment définir le déclic, peut-être le fait de déménager à la campagne et de me reconnecter à la nature, mais c’est comme si j’avais le besoin de découvrir mon corps par la sexualité avec les autres. Sauf que je ne sais pas du tout comment faire pour faire des rencontres, ni comment m’y prendre de façon purement pratique. Je ressens une énorme pression qui ne dit pas son nom par rapport à l’expérience qu’une femme de 30 ans devrait absolument avoir en matière de sexualité. Expérience que je culpabilise de ne pas avoir, et parce que je culpabilise, je crains les premiers rapports. C’est un cercle vicieux.

Je ne remercie pas la société d’ailleurs. À force d’idéaliser la première fois, de la mettre sur un piédestal comme un rite de passage qui déterminera notre vie sexuelle - celle des femmes - pour le restant de nos jours ou presque, on nous condamne à redouter le moment. Il faut absolument que ça se passe avec un garçon (les relations non-hétéros sont quasi exclues de ce discours soit dit en passant) qui compte, après un certain temps à le fréquenter, d’une certaine façon... Comment fait-on quand ça ne se passe plus au lycée et qu’on ne veut pas forcément revoir la personne ensuite ?

C’est un vrai sujet qui devrait être davantage présent dans une ère post-#MeToo où le voile sur la sexualité féminine se dissipe peu à peu. En tout cas, moi, ça m’aiderait beaucoup d’être guidée dans ce sens. »

Thaïs, 31 ans : « J’ai décidé d’attendre le bon moment, et (presque) personne ne le sait »

« J’ai eu 30 ans en août dernier. Pour célébrer ça et la fin de 18 mois de Covid, j’ai fait une grosse fête avec mes ami·es. On était une vingtaine dans un bar du 11e arrondissement. Vers minuit, un de mes copains m’a traînée vers lui pour me présenter son collègue. Il s’appelait Thibault, il était grand et plutôt pas mal. On a passé un moment ensemble, puis on a fini par s’embrasser. Il m’a proposé de rentrer chez lui, j’ai décliné, il est parti. Mon ami est tout de suite venu me retrouver pour me demander ce qui se passait, pourquoi je n’avais pas voulu ’profiter pour une fois’ ? J’ai feint l’envie de rester avec tout le monde, il m’a crue en levant les yeux au ciel. ’Ton cas me désespère’, a-t-il répondu en souriant.

La vérité, c’est que je n’ai jamais eu de rapports sexuels. Je n’ai jamais fait l’amour, jamais touché de pénis, jamais joui avec quelqu’un d’autre. Je me masturbe, mais personne ne m’a jamais caressée, moi. Simplement parce qu’à 16 ans, j’ai décidé que je ne passerais pas le cap avant d’avoir rencontré la bonne personne, j’ai décidé d’attendre le bon moment. À l’époque, je sortais avec un camarade de classe qui n’arrêtait pas d’insister pour qu’on couche ensemble à coups de grandes déclarations romantiques. Quand j’ai refusé, il s’est rabattu sur une autre. Ça m’a bloquée, je me suis dit que mes premiers ébats seraient avec quelqu’un qui le ’mérite’. Force est de constater que 15 ans plus tard, je ne l’ai pas encore rencontré.

Lire la suite sur :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Photo
Terrafemina

VIDÉO - Façon Sexe - Maia Mazaurette : "C'est un réflexe très français de chercher ailleurs"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles